Bruxelles n'exclut pas des sanctions contre Neelie Kroes

le
0
    * Une ancienne commissaire épinglée dans les "Bahamas Leaks" 
    * Bruxelles n'exclut pas de prendre des sanctions 
    * Après Barroso chez Goldman, l'affaire tombe mal 
 
 (Actualisé avec précisions, contexte, réactions) 
    par Francesco Guarascio et Alastair Macdonald 
    BRUXELLES, 22 septembre (Reuters) - La Commission européenne 
a fait savoir jeudi qu'elle n'excluait pas de prendre des 
sanctions à l'encontre de l'ancienne commissaire à la 
Concurrence Neelie Kroes s'il s'avère qu'elle avait omis de 
déclarer qu'elle était administratrice d'une société offshore 
aux Bahamas pendant son mandat. 
    Neelie Kroes, qui fut commissaire à la Concurrence de 2004 à 
2009 puis vice-présidente de la Commission et commissaire à la 
Société numérique de 2009 à 2014, a reconnu qu'elle aurait dû 
déclarer son activité aux Bahamas, révélée mercredi par le 
Consortium international des journalistes d'investigation 
(ICIJ). 
    La Commission européenne cherche à obtenir davantage de 
clarifications de la part de Neelie Kroes en plus des 
explications déjà fournies et n'exclut pas des sanctions si les 
faits qui lui sont reprochés sont confirmés, a déclaré un 
porte-parole de l'exécutif européen. 
    L'affaire est d'autant plus embarrassante pour Bruxelles 
qu'elle s'ajoute au tollé suscité par l'arrivée de José Manuel 
Barroso, ancien président de la Commission européenne, chez 
Goldman Sachs  GS.N , banque mise en cause pour son rôle dans le 
 la crise financière de 2008 puis dans la crise de la dette 
publique grecque qui a suivi.   
    La Commission ne pense pas que José Manuel Barroso ait 
enfreint son code de conduite mais elle a chargé un comité 
d'éthique d'étudier l'affaire. 
    "Il y a certaines choses que même les règles les plus 
strictes ne peuvent pas empêcher", a dit le porte-parole de la 
Commission.  
    "Nous avions le cas de notre ancien président qui avait fait 
le choix de travailler pour une certaine banque et nous avons 
maintenant celui d'une ancienne commissaire qui n'a apparemment 
pas respecté les règles et n'en a pas informé la Commission", 
a-t-il ajouté. 
     
    UNE SOCIÉTÉ NON DÉCLARÉE 
    Selon les médias partenaires du consortium à l'origine des 
"Bahamas Leaks", Neelie Kroes a été membre de 2000 à 2009 du 
conseil d'administration de Mint Holdings Limited, société 
enregistrée aux Bahamas. 
    De même source, cette société, dont l'existence n'a jamais 
été révélée aux autorités de Bruxelles, était impliquée dans une 
importante opération de rachat d'actifs dans le secteur de 
l'énergie financée par des investisseurs proches de la famille 
royale des Emirats arabes unis ainsi que par des hommes 
d'affaires saoudiens. Toujours selon les médias du consortium, 
ce projet n'a pas abouti. 
    Neelie Kroes, une femme politique libérale néerlandaise, 
s'était déjà attirée les foudres de la Commission en exprimant 
des doutes sur sa décision de réclamer à Apple  AAPL.O  le 
remboursement à l'Irlande de 13 milliards d'euros d'arriérés 
d'impôts. 
    Réagissant à ses propos sur le sujet, un porte-parole de 
l'exécutif européen avait alors souligné qu'elle collaborait 
désormais avec la société américaine Uber  UBER.UL , qu'elle 
avait défendue dans son combat contre les chauffeurs de taxis 
lorsqu'elle était commissaire à la Société numérique.    
    L'affaire Neelie Kroes embarrasse non seulement la 
Commission mais l'ensemble des institutions européennes. 
    "La conduite présente et passée des commissaires doit être 
exemplaire", a ainsi tweeté le président du Parlement européen, 
Martin Schulz, pour qui cet incident jette "une ombre sur 
Kroes". 
    D'autres sont plus mesurés, comme le porte-parole du groupe 
PPE (centre droit) au même Parlement européen. 
    "Comme dans d'autres révélations similaires, ils nous faut 
avancer avec prudence, agir de manière ordonnée et ne pas tirer 
de conclusions prématurées", a-t-il dit. 
     
 
 (Jean-Philippe Lefief et Patrick Vignal pour le service 
français, édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant