Bruxelles : Mekhissi veut " casser l'hégémonie des Kényans "

le
0
Bruxelles : Mekhissi veut " casser l'hégémonie des Kényans "
Bruxelles : Mekhissi veut " casser l'hégémonie des Kényans "
En lice pour le 3 000m steeple du meeting de Bruxelles, qui s'ouvre vendredi, Mahiedine Mekhissi-Benabbad a évoqué ses rivaux Kényans donnés favoris. En plus de son objectif de devenir le premier Européen à passer sous les huit minutes, il a martelé vouloir " casser " leur " hégémonie ".

Mahiédine Mekhissi a eu le mérite d'être clair et ambitieux, ce jeudi en conférence de presse, à la veille du meeting de Bruxelles, dernière étape de la Diamond League. « Cela fait 30 ans que les champions ce sont les Kényans. Moi je veux être le premier à casser cette hégémonie dans un grand championnat », a affirmé sans complexe le Français (relaye l'AFP), qui sera tout de même opposé aux meilleurs mondiaux du 3 000m steeple. Au départ de la course, les grands noms seront bien présents. La compétition s'annonce d'ores et déjà relevée. Le double champion olympique en titre Ezekiel Kemboi, natif de Matira au Kenya, a tenu à prendre part à l'évènement. Tout comme ses compatriotes Brimin Kiprop Kipruto et Paul Koech, respectivement deuxième et troisième performeurs de tous les temps.
 
Jairus Kipchoge Birech dans le viseur
 
Mais parmi l'ensemble des coureurs Kenyans au rendez-vous de la piste Belge, c'est bien Jairus Kipchoge Birech que vise l'athlète tricolore espérant bien au passage laver l'affront des derniers Championnats européens où on l'a privé d'or pour avoir enlevé son maillot avant la ligne d'arrivée. « C'est presque comme une finale olympique cette course, il y a les meilleurs. Et apparemment le meilleur actuellement c'est Birech (vainqueur de la Diamond League 2014 de la discipline). On verra, ça demain », a encore lancé Mekhissi, toujours selon l'AFP. Incontestablement, le fait qu'il soit engagé dans une course aussi relevée devrait permettre à l'athlète Rémois d'imprimer un rythme le rapprochant de son record d'Europe (8'00''09). Sans compter qu'il désir bien devenir le premier Européen à passer sous la barre des huit minutes. Un temps symbolique qui lui tient particulièrement à coeur. « Je ne me mets pas de pression par rapport au chrono, a-t-il toutefois voulu souligner. Je veux juste me mesurer aux Kenyans. Le premier qui les battra entrera dans la légende et je veux en faire partie. C'est cela qui fait que je cours tout le temps. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant