Bruxelles : les jihadistes projetaient un massacre à la Commission européenne

le
0
Bruxelles : les jihadistes projetaient un massacre à la Commission européenne
Bruxelles : les jihadistes projetaient un massacre à la Commission européenne

La Commission européenne figurait parmi les cibles possibles de jihadistes revenus de Syrie et arrêtés en Belgique, a révélé samedi soir la chaîne de radio-télévision néerlandaise publique NOS. «Les commissaires n'étaient pas visés individuellement. L'action devait ressembler à l'attaque du Musée juif (...) avec pour objectif de tuer un maximum de personnes», ajoute la chaîne, en référence à l'attaque qui avait fait quatre morts dans un musée juif de Bruxelles en mai dernier.

Le journal belge L'Echo a rapporté plus tôt dans la journée que les autorités belges avaient empêché plusieurs attentats de jihadistes revenus au pays après avoir combattu en Syrie et qui sont des sympathisants du groupe État islamique (EI). Selon L'Echo, plusieurs personnes ont été arrêtées, mais les autorités ne veulent pas dévoiler quelles étaient les cibles potentielles, pour ne pas affoler le public.

La chaîne NOS, qui précise que deux des jihadistes présumés étaient originaires de La Haye (Pays-Bas), assure que «l'une des cibles était le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles». 

Bruxelles, pleine de cibles potentielles

«Nous sommes au courant de l'information», a déclaré dans un premier temps un porte-parole de la Commission. «Nous sommes sûrs que les autorités nationales suivent l'affaire de manière appropriée». Une déclaration finalement contredite ce dimanche, puisque la Commission assure qu'elle n'a «pas reçu d'informations concernant des menaces spécifiques», selon le quotidien belge «le Soir».

 Les bâtiments de la Commission à Bruxelles abritent plusieurs milliers de fonctionnaires dont les hauts responsables des responsables de la gestion au quotidien de l'Union et de ses 28 pays. Bruxelles abrite également le quartier général de l'Otan et de plusieurs autres compagnies et organisations internationales mais les mesures de sécurité y adoptent un profil bas et sont discrètes.

La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant