Bruxelles : la fin des appels internationaux surtaxés

le
0
Soucieuse d'une Europe «unie», Bruxelles veut supprimer les surcoûts d'itinérance à la fois pour la voix, les SMS et les données.

Ce pourrait être une très bonne nouvelle pour les consommateurs. La commissaire européenne en charge des Nouvelles Technologies, Neelie Kroes s'en est une nouvelle fois pris aux tarifs de l'itinérance internationale (ou roaming). Ce fameux surcoût appliqué par les opérateurs aux clients qui utilisent leur téléphone mobile depuis un autre pays que le leur. Elle propose ni plus ni moins de le supprimer d'ici à 2015 ou 2016.

C'est même la troisième fois que Bruxelles, soucieuse de présenter une Europe «unie», s'en prend aux tarifs de l'itinérance sur le territoire des Vingt-Sept. Elle a commencé par plafonner les prix pratiqués par les opérateurs, leur imposant l'Eurotarif. Ainsi, une minute de communication passée par un abonné français depuis la Belgique lui coûtera 24 centimes la minute (maximum, au 1er juillet 2013), tarif qui sera ramené à 19 centimes dès le 1er juillet 2014. À terme, la commissaire veut donc totalement éliminer ces surcoûts d'itinérance à la fois pour la voix, les SMS et les données.

Mais cela a un coût pour les opérateurs français. En effet, ils en tirent 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires. La France étant une grande destination touristique, la balance commerciale du roaming est positive, même si ce chiffre n'est pas rendu public. De quoi alerter les opérateurs nationaux. «Il nous semble qu'il faut avant tout mettre en ½uvre effectivement ce troisième règlement et effectuer le bilan de cette mise en ½uvre, avant de penser à de nouvelles mesures», souligne un porte-parole d'Orange.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant