Bruxelles invite la France à baisser les déficits en priorité

le , mis à jour à 17:24
19
LA BAISSE DU DÉFICIT FRANÇAIS DOIT RESTER PRIORITAIRE, DIT BRUXELLES
LA BAISSE DU DÉFICIT FRANÇAIS DOIT RESTER PRIORITAIRE, DIT BRUXELLES

PARIS (Reuters) - A l'heure où François Hollande évoque de possibles baisses d'impôts pour l'an prochain, la Commission européenne souhaite que la France consacre toutes les marges budgétaires dont elle pourrait disposer à la réduction de ses déficits et de sa dette.

Dans ses recommandations annuelles spécifiques à chaque pays publiées mercredi, l'exécutif européen prône également, en pleine controverse nationale sur le projet de loi Travail, une réforme des lois sociales pour inciter les employeurs français à embaucher en contrats à durée indéterminée.

La France, qui est toujours sous procédure de déficit public excessif de la part de l'exécutif européen, s'est engagée à plusieurs reprises à tenir la trajectoire promise à Bruxelles, visant à ramener celui-ci sous 3% du PIB en 2017.

Elle est parvenue à l'abaisser à 3,6% fin 2015, soit 0,2 point de moins que prévu à l'origine, contre 4% un an plus tôt, un résultat dont la Commission a pris acte mais en estimant qu'il était surtout dû à des facteurs conjoncturels comme l'accélération de la croissance et les taux bas.

En dépit des assurances répétées de Paris, elle estime qu'il y a toujours "un risque que la France ne respecte pas ses engagements" et que, en conséquence, de nouvelles mesures seront nécessaires en 2017 pour y parvenir.

Dans ce contexte, la Commission invite la France à prendre les mesures structurelles nécessaires pour assurer une baisse durable de son déficit et à utiliser tous les gains exceptionnels qu'elle pourrait engranger "à la réduction du déficit et de sa dette".

Car elle s'inquiète que l'effort de 50 milliards d'euros sur les dépenses publiques mis en oeuvre par le gouvernement sur la période 2015-2017 ne suffise pas.

Pour elle, une présentation détaillée des mesures sous-tendant cet effort tout en s'assurant qu'elles prennent en compte la faiblesse de l'inflation serviraient à en améliorer l'efficacité.

Elle souhaite en outre que Paris intensifie cette année ses efforts d'identification des économies possibles par une évaluation des dépenses publiques, y compris celles des collectivités locales.

Les résultats en la matière ont été jusqu'ici modestes, juge-t-elle, en citant par exemple les fonds publics alloués au secteur du logement qui atteignent près du double de la moyenne européenne sans avantage notable.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a 7 mois

    d'accord, on divise par deux la participation de la France à Bruxelles

  • M1945416 il y a 7 mois

    ça fait des années qu'on en parle ...

  • M3366730 il y a 7 mois

    Avantages à la Banque de France : 1 500 €/mois de plus de salaire que les fonctionnaires, salaire médian brut/mois 4 330 € (25% de + qu'à la Bundesbank), C.E. extraordinaire, logement à tarif préférentiel. Les 12 219 retraités ont une pension de 3 000 €/mois !!! http://www.ifrap.org/retraite/les-regimes-speciaux-de-la-banque-de-france http://www.ifrap.org/fonction-publique-et-administration/banque-de-france-un-bon-point-pour-la-cour-des-comptes

  • M3366730 il y a 7 mois

    Quel effort : Cadeaux aux syndicats dont CGT : 4 milliards par an sous forme de subventions diverses et variées, taxes sur les entreprises, mises à disposition de personnel détachés payés par les entreprises para-publics ou l'état et collectivités... A LIRE, C'EST UNE PARTIE DE L'ISBERGE http://www.contribuables.org/2016/01/fonctionnaires-une-manif-pour-defendre-des-privileges/ https://www.contribuables.org/wp-content/uploads/2014/06/Fonction_publique_le_dernier_dinosaure.pdf

  • M3366730 il y a 7 mois

    Effectivement, il faudra supprimer plus de postes de fonctionnaires (d'état et territoriaux) que cela et faire une grande cure d'amaigrissement pour les régimes spéciaux (RATP, SNCF, EDF, ERDF, GDF, GRDF,) en un mot toutes les sociétés dont l'état a une participation majoritaire. 100 milliards d'économies minimum par an !!!!!!

  • M467862 il y a 7 mois

    La France offre 21 milliards à Bruxelles.....qui ne les refuse pas.

  • frk987 il y a 7 mois

    Effectivement sans l'UE on se demande où serait le déficit franchouillard...au niveau du tiers monde, on y va tout droit avec ces na zes au pouvoir.

  • 5701726 il y a 7 mois

    mlemonn4: les premiers à se goinfrer sont tous ces politiques français, fonctionnaires et employés d'entreprises publiques au statut d'un autre age (SNCF, EDF etc, etc) , impossibles à maintenir. Les avantages , cela marche à la hausse quand cela va bien, à la baisse quand cela ne va pas bien... Il n'y a pas d'acquis à vie,, sauf en democratie populaire socialiste (la France depuis 1945) , cela finira comme là-bas, mal ou très mal, car en France on ne sait pas faire dans la demi-mesure

  • 5701726 il y a 7 mois

    Réduire effectivement l epersonnel politiqu ede moitié, aucun eloi nouvelle pendant 5 ans. dégager 1/3 des fonctionnaires et assimilés (les 3 fonctions publiques + tous les assimilés, CPAM, agences de tous poils .... etc), on doit être non pas à 25% d'emploi public en France mais à 30% +). En Allemagne, pays fédéral, en Belgique ou beaucoup de choses sont doublées , on est vers 18%.

  • 5701726 il y a 7 mois

    la France n' a avancé (vaguement) depuis 30 ans que grâce aux coups de pied au c... de Bruxelles. Aussi simple que cela, sans Bruxelles, on serait à 4 000 milliards de dettes au lieu de 2100. Donc merci les eurocrates !!