Bruxelles hausse le ton contre la France pour ses déficits

le
65
BRUXELLES ADRESSE UNE RECOMMANDATION À LA FRANCE SUR SES DÉFICITS
BRUXELLES ADRESSE UNE RECOMMANDATION À LA FRANCE SUR SES DÉFICITS

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a mis en garde mercredi la France contre un dérapage de ses déficits publics si elle ne prend pas de nouvelles mesures et dit attendre "avec impatience" les détails du pacte de responsabilité, dans l'espoir qu'il permette de redresser la compétitivité de son économie.

L'exécutif européen a même adressé une recommandation spécifique à la France, un "honneur" qu'elle partage avec la seule Slovénie, pour attirer son attention sur les risques de non respect de ses objectifs de baisse des déficits publics.

Cette recommandation, un des nouveaux instruments à la disposition de la CE pour assurer la discipline budgétaire dans la zone euro, est publiée une semaine après la diffusion de prévisions anticipant un déficit public français pour 2014 et 2015 supérieur aux engagements pris.

Il s'élèverait ainsi à 4% du produit intérieur brut cette année puis 3,9% pour 2015, à politique inchangée, alors que la France a promis à ses pairs européens de le ramener sous 3% à cette échéance.

La Commission européenne s'inquiète particulièrement de ce que, malgré les mesures de consolidation budgétaire mises en oeuvre depuis 2010, "l'endettement public continue d'augmenter".

"Ceci accroît le risque d'exposition de la France à des turbulences sur les marchés qui se propageraient à l'économie réelle", avec des retombées négatives pour l'ensemble de la zone euro" au vu du poids de la France, indique-t-elle.

Pour cette raison, elle appelle Paris à poursuivre ses efforts de consolidation budgétaire via des économies, au vu du niveau élevé des dépenses, notamment la recherche d'une plus grande efficacité.

"NOMBREUX ALÉAS"

Dans un communiqué, les ministres français de l'Economie et du Budget, Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve, ont confirmé leur engagement "à poursuivre son effort de rétablissement des comptes publics jusqu?à la fin du quinquennat.

Jugeant que la prévision de la Commission pour 2014 est "entourée de nombreux aléas", ils font valoir que l?intégralité des efforts portera sur la réduction de la dépense publique à partir de 2015, avec au moins 50 milliards d'euros d'économies prévues".

Comme dans ses précédentes interventions, la CE réclame en outre des mesures pour améliorer la compétitivité de l'économie française. Elle juge là encore que rien ne s'est vraiment amélioré sur le front des déséquilibres macroéconomiques de la France qui nécessitent "une surveillance étroite et l'adoption de mesures politiques ambitieuses".

Dans ce contexte, "nous attendons avec impatience les détails du pacte de responsabilité" annoncé en janvier par François Hollande", a dit lors d'un point de presse le commissaire européen aux Affaires politiques et monétaires Olli Rehn.

Ceux-ci, ainsi que le programme de stabilité français, seront présentés et débattus au Parlement à la mi-avril avant d'être transmis à Bruxelles.

Dans le cadre du "semestre européen" de coordination des politiques économiques et budgétaires, la Commission souligne qu'elle procédera en juin à une nouvelle évaluation du respect par les pays membres de leurs obligations au regard du pacte de stabilité et de croissance et que, si nécessaire, elle pourrait alors proposer des "mesures appropriées" au Conseil européen.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le mercredi 5 mar 2014 à 20:22

    @M3154658: et pourtant, qui achètent les obligations d'Etat? ce sont les institutions financières et autres fonds d'investissement. et qui dit obligations, dit intérêts; et qui payent ces intérêts? le contribuable! et si la France est notée par les agences de notations, c'est bien parce qu'elle doit emprunter sur les marchés financiers via l'émission d’obligations. Jolie cadeau fait à la finance cette lois de "Rotdschild" sous Pompidou, un ancien administrateur de cette même banque, coincidence?

  • M3154658 le mercredi 5 mar 2014 à 18:30

    ... Quoiqu’il en soit l’Épargne rythme le coût du Capital. A l'équilibre I=S si l'on en croit les Néoclassiques ...

  • mucius le mercredi 5 mar 2014 à 18:24

    Heureusement qu'il y a l'UE! La France gouverné par des irresponsables a tellement d'un tuteur! On ne dira jamais assez : "vive l'UE".

  • M3154658 le mercredi 5 mar 2014 à 18:23

    @gendrefr ... Une autre raison qui plaide dans le sens de salaires plus élevé puisque obsession des "patrons" étant de faire du Profit ils n'ont pas intérêt à verser des salaires bas ... (FORD ...) donc tout va pour le mieux dans un système LIBÉRAL où le Marché fait sa loi ... Salaires à la baisse ?

  • M7403983 le mercredi 5 mar 2014 à 18:01

    J'oubliais f.fluidi : notre compétitivité avec 20% de fonctionnaire est belle et bien à la ramasse !!! Mais il est vrai que nbre de nos concitoyens n'ont que faire de cette compétitivité, puis qu'ils vivent à crédit dans le siècle de L'OBSCURANTISME !!!

  • M7403983 le mercredi 5 mar 2014 à 17:45

    Un % de salaires dit "mesurés" peut engendrer de futures embauches, mais pas avec une "élite de socialos" anti entreprises ... C'est la qu'est la CONFIANCE !!!

  • M7403983 le mercredi 5 mar 2014 à 17:42

    Exactement f.fluidi : je vois que vous êtes personne de bon sens. Comme vous le dites sortir de l'Euro afin de continuer notre gabegie Franco-Française avec 2000 mds de dette sans compter les engagements de l'Etat, CAD, pratiquement le double !!! Mais je rêve ou quoi !!!

  • gendrefr le mercredi 5 mar 2014 à 17:39

    salaires bas moins de consommation et moins de profits.

  • f.fluidi le mercredi 5 mar 2014 à 17:33

    Heureusement qu'il y a la commission européenne pour dire stop sinon on serait déjà ruiné dans notre beau pays où il y a 1 fonctionnaire pour 5 actifs !!! alors qu'en Allemagne c'est 1 pour 10. On se demande comment on peut être encore compétitif.....

  • M7403983 le mercredi 5 mar 2014 à 17:31

    Il faut BIEN SAVOIR que nous ne sommes pas en situations de faire "avaliser" le point de vue "économique" de notre pays en Europe avec le chômage et la dette de près de 100% que nous accumulons jours après jours !! EH OUI, c'est cela LA REALITE !!!

Partenaires Taux