Bruxelles décidé à durcir les sanctions contre la finance 

le
0
Le président de la Commission européenne, la chancelière allemande et le président du Conseil européen ont tous trois témoigné de la sympathie au mouvement des «indignés».

Haro sur les banquiers! Déjà sommés de muscler leurs fonds propres et d'accepter une décote «volontaire» plus lourde sur les emprunts grecs, les voilà menacés à Bruxelles de nouvelles sanctions pénales, voire de prison. À l'approche d'un sommet décisif pour l'euro, dimanche, le monde de la finance se retrouve peu ou prou dans la peau du bouc émissaire.

Dans le rôle de l'accusateur public, José Manuel Barroso a haussé le ton hier pour dénoncer «la nature crimi­nelle de certains comportements dans le secteur financier». La Commission, confirme-t-il, proposera dans les trois jours un tour de vis pénal au niveau européen contre les délits les plus graves. À savoir les manipulations de cours et les délits d'initié.

La chancelière allemande et le président du Conseil européen l'ont rejoint hier sur un point: l'impression que le secteur financier ne prend pas non plus sa part à l'effort général d'austérité. Par la voix de son porte-parole, Angela Merkel évoq

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant