Bruxelles : contre l'austérité, ils encerclent le siège de la Commission européenne

le
1
Bruxelles : contre l'austérité, ils encerclent le siège de la Commission européenne
Bruxelles : contre l'austérité, ils encerclent le siège de la Commission européenne

Plus d'un millier de manifestants ont encerclé «symboliquement», tôt ce vendredi matin, le quartier des institutions européennes à Bruxelles. Agriculteurs, syndicalistes ou militants écologistes ils disent stop à l'austérité et veulent faire entendre aux dirigeants de l'Union européenne leur opposition au futur traité de libre-échange avec les Etats-Unis tout comme à la mise en ½uvre de celui conclu, en septembre 2014, avec le Canada.

La veille justement, lors d'un sommet qui devait se poursuivre ce vendredi mais a été conclu dans la nuit, les dirigeants européens ont réaffirmé leur ambition de signer, d'ici fin 2015, l'accord de libre-échange négocié depuis juillet 2013 avec les États-Unis. Une semaine plus tôt, l'Allemagne, qui voit se lever de fortes inquiétudes dans le secteur agricole face à une dérégulation trop agressive, avait réclamé plus de transparence dans les négociations en cours avec les Etats-Unis.

Une trentaine de tracteurs venus de l'arrière pays agricole de la capitale étaient garés aux points de rassemblement des manifestants autour du périmètre des institutions, bouclé par la police. En contrebas du siège de la Commission européenne, dont l'accès était filtré par un important déploiement policier, les manifestants ont mis le feu à des effigies des dirigeants européens, plantées dans des bottes de paille. Les manifestants répondaient à l'appel de l'Alliance 19-20, un collectif mobilisé contre les politiques d'austérité en Europe et le projet de traité de libre-échange entre les États-Unis et l'Union européenne,

Plus tôt, ils avaient déployé sur le bâtiment en chantier du futur siège du Conseil européen une banderole proclamant «Merry Christmas and happy austerity» («Joyeux Noël et Joyeuse austérité»). Selon l'agence de presse belge Belga, des groupes ont aussi fait irruption dans les locaux des associations européennes FoodDrink Europe, lobby de l'industrie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domin288 le vendredi 19 déc 2014 à 13:53

    Mais de quoi vivent les syndicalistes et les militants écologistes? Même si l'idée est bonne, je m'interroge et j'ai l'impression d'être autant l'esclave de ceux-ci que de la commission. Ce sont de grands Féodaux qui frondent contre la royauté (La Commission).