Bruxelles appuie la taxe sur les transactions financières à dix

le
1
BRUXELLES SOUTIENT LA TAXE SUR LES TRANSACTIONS FINANCIÈRES
BRUXELLES SOUTIENT LA TAXE SUR LES TRANSACTIONS FINANCIÈRES

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a soutenu mardi l'initiative, désormais portée par dix pays, d'introduire une taxe sur les transactions financières (TTF), afin que le secteur financier participe à l'effort de réduction des déficits publics.

"Je suis heureux que dix Etats souhaitent mettre en place une taxe sur les transactions financières telle qu'elle a été définie à l'origine par la Commission" a déclaré dans un communiqué José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne.

Les dix Etats favorables à l'introduction de cette taxe sont: la France, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Grèce, l'Italie, le Portugal, la Slovaquie, la Slovénie et l'Espagne.

Cette proposition d'une TTF n'ayant pas recueilli l'unanimité au sein des vingt sept membres de l'Union européenne en juin, il fallait qu'au moins neuf d'entre eux s'engagent pour que le projet, lancé en septembre 2011 par la CE, ne devienne pas lettre morte.

La Commission européenne avait estimé alors que la mise en place d'une telle taxe à l'échelle des Vingt Sept pourrait rapporter 57 milliards d'euros par an.

La Commission va préparer une nouvelle version du projet de TTF, basée sur ses propositions de l'année dernière, mais adaptée à dix pays et non plus à l'ensemble des Vingt Sept.

Communément appelée taxe Tobin, du nom de l'économiste James Tobin qui avait proposé dès 1972 l'adoption d'une taxe pour réduire la volatilité des marchés de capitaux, cette taxe est devenue un symbole politique avec la crise des dettes souveraines en Europe.

Une première tentative d'instaurer une telle taxe au niveau mondial avait été faite en 2008, par l'entremise du G20.

Jan Strupczewski, Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4066514 le mardi 23 oct 2012 à 16:39

    voila pourquoi les robots ne sont pas content aujourd hui et il en sera de meme pour toute tentative de regulation du marché ...pour info le temps de detention d'une action au us est de 22s contre 4 ans il y a peu et ce soir toute les proprietaires des machines seront liquide ...ca laisse reveur . Je ne crois malheureusement pas que les politiques auront le courage de prendre un tel risque bien que ce soit le seul moyen ou alors va falloir reactivé 007 parce que le spectre a gagné la .