Bruxelles approuve l'aide à la restructuration de PSA

le
0
BRUXELLES APPROUVE L'AIDE À LA RESTRUCTURATION DE PSA
BRUXELLES APPROUVE L'AIDE À LA RESTRUCTURATION DE PSA

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a donné mardi son feu vert à l'aide publique à la restructuration du groupe PSA Peugeot Citroën, estimant qu'elle permettra un retour à la viabilité du constructeur automobile sans trop pénaliser ses concurrents.

"Au terme d'une enquête minutieuse nous sommes parvenus à une formule qui permet à PSA de se restructurer en respectant un cadre clair qui limite au minimum les effets négatifs sur les concurrents qui n'ont pas bénéficié d'un soutien de fonds publics", a déclaré Joaquin Almunia, commissaire à la concurrence, dans un communiqué.

"C'est un résultat équilibré qui donne une chance au groupe PSA de repartir sur des bases saines."

Ebranlé depuis 2011 par une chute de ses ventes en Europe, notamment en Europe du Sud, PSA est confronté à une hémorragie de cash qui a atteint l'an dernier 200 millions d'euros par mois. Après avoir dévoilé à l'été 2012 un vaste plan social en France, son activité bancaire a dû être secourue quelques mois plus tard via une garantie publique allant jusqu'à sept milliards d'euros.

L'exécutif européen a approuvé cette garantie qui représente selon lui une aide à la restructuration de 486 millions d'euros, ainsi qu'une subvention remboursable à l'Etat de 85,9 millions pour un programme de moteur hybride émettant 50 grammes de CO2 au kilomètre développé avec Valeo, Bosch et Continental.

"Dans le cas où les résultats du groupe seraient considérablement en deçà des prévisions du plan, le groupe s'est engagé à prendre des mesures correctives complémentaires afin de ne pas dépasser un certain niveau de dette nette au cours de la période de restructuration", a ajouté la Commission.

Ni elle, ni PSA n'ont précisé le seuil d'endettement fixé. PSA, qui publiera ses résultats semestriels mercredi matin, affichait fin 2012 une dette nette de 3,15 milliards d'euros, contre 3,36 milliards fin 2011.

"En outre, le groupe PSA s'est engagé à maintenir le niveau de marge des financements accordés par Banque PSA Finance aux concessionnaires et à s'abstenir de procéder à des acquisitions importantes pendant la durée de son plan de restructuration", a poursuivi l'exécutif européen.

L'équipementier Faurecia, filiale à 57,4% de PSA, a indiqué de son côté être affecté lui aussi par la limite fixée par la Commission à toute croissance externe.

"Une procédure d'autorisation préalable par la Commission européenne est prévue au-delà d'un montant annuel de 100 millions d'euros", a déclaré Faurecia dans un autre communiqué.

L'exécutif européen a ajouté qu'il veillerait à ce que PSA n'utilise pas la garantie de l'Etat pour doper ses ventes grâce à des offres de crédit auto. La Commission a indiqué qu'elle ferait appel à un expert indépendant pour vérifier que PSA respecte l'ensemble de ses engagements.

"Cet accord, en complément des mesures déjà lancées par le groupe (...) vient renforcer le financement de Banque PSA Finance et lui permet de disposer d'une visibilité et d'un financement confirmé pour plus de trois ans", a réagi le constructeur.

Matthieu Protard et Gilles Guillaume à Paris, Foo Yun Chee à Bruxelles, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant