Bruxelles appelle l'Allemagne à investir davantage

le
18
LA COMMISSION EUROPÉENNE DEMANDE À L'ALLEMAGNE D'INVESTIR DAVANTAGE
LA COMMISSION EUROPÉENNE DEMANDE À L'ALLEMAGNE D'INVESTIR DAVANTAGE

BRUXELLES (Reuters) - L'Allemagne doit profiter de sa bonne santé économique pour augmenter ses investissements, a estimé mercredi la Commission européenne, qui a par ailleurs autorisé l'Italie à freiner la réduction de ses déficits pour financer ses réformes.

Dans ses recommandations en matière économique aux pays membres, l'exécutif européen a également appelé la France à profiter de l'amélioration de sa situation économique pour poursuivre les réformes structurelles, notamment en matière fiscale et sociale.

L'Allemagne, première économie de la zone euro, prévoit un excédent budgétaire structurel de 0,25% à 0,75% du produit intérieur brut (PIB) jusqu'en 2019 et une diminution de sa dette publique à 61,5% du PIB d'ici 2019, des objectifs plus ambitieux que ceux requis par les règles européennes.

Celles-ci prévoient en effet qu'un pays n'est pas forcé d'adopter des mesures de consolidation budgétaire supplémentaires une fois qu'il a atteint son objectif à moyen terme, soit, dans le cas de l'Allemagne, un déficit structurel de 0,5% du PIB.

L'amélioration des finances publiques allemandes, "crée des marges de manoeuvre budgétaires pour soutenir l'investissement", dit la Commission dans ses recommandations à la République fédérale.

"L'ALLEMAGNE A UNE RESPONSABILITÉ SPÉCIFIQUE"

De nombreux responsables politiques et économiques estiment qu'en raison du poids économique de l'Allemagne et de l'importance de ses relations avec les autres Etats membres, une augmentation de ses investissements favoriserait la demande et la croissance dans l'ensemble de l'Union.

"L'Allemagne a une responsabilité spécifique en Europe et peut servir d'exemple. Les autorités peuvent utiliser la période favorable actuelle pour augmenter encore l'investissement, notamment dans les infrastructures publiques, l'éducation et la recherche", a déclaré Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission en charge de l'euro et du dialogue social, lors d'une conférence de presse.

Concernant l'Italie, la Commission estime justifiée la volonté de Rome de ralentir la consolidation budgétaire au profit des réformes.

Alors que les règles européennes prévoient qu'un Etat membre doit réduire son déficit structurel de 0,5 point de PIB par an jusqu'au retour à l'équilibre, l'Italie pourrait se limiter à 0,25 point cette année et 0,1 point en 2016, a précisé l'exécutif.

La Commission demande parallèlement au gouvernement de Matteo Renzi d'accélérer les privatisations, d'utiliser leur produit pour réduire la dette et de mettre en oeuvre d'ici septembre une loi sur la réforme fiscale.

Bruxelles a par ailleurs recommandé de clore la procédure de déficit excessif engagée à l'encontre de la Pologne, Varsovie ayant ramené son déficit sous le seuil de 3% du PIB. Cette recommandation doit être avalisée par le Conseil européen, ce qui ne devrait être qu'une formalité.

(Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8354217 le jeudi 14 mai 2015 à 12:45

    Les patrons a la sauce msglyon font bien rire. Vous employez combien de salaries cher Monsieur?Aurez vous le courage de le dire... Vous qui etes patron !!

  • gl060670 le jeudi 14 mai 2015 à 09:27

    D.E.S.T : avant d’écrire une telle affirmation: " montrer leur CV qui prouverait qu'ils n'ont de loin aucune compétence "... il faudrait peut être se documenter car le résultat risque d'être surprenant et vous risquez de passer pour un âne ....

  • M3366730 le mercredi 13 mai 2015 à 23:48

    msglyon : embauches exclusive depuis deux ans en contrat de tutorat ou contrat d'alternance entreprise/fac, cela ne coûte que le minimum "salariale"........ mais en attendant nous refilons plusieurs millions chaque année à ce GvT d'incompétents......

  • M7403983 le mercredi 13 mai 2015 à 19:12

    msglyon : au moins, sommes nous d'accord sur le nom de JUPPE !

  • jsrlak1 le mercredi 13 mai 2015 à 18:49

    Au lieu de mettre tous les pays au niveau de l'Allemagne, on essaie de pourrir cette dernière histoire de faire une moyenne vers le bas

  • spcmg71 le mercredi 13 mai 2015 à 18:27

    Quel pourcentage des fonctionnaires de Bruxelles a-t-il travaillé, un seul jour dans sa vie, dans une entreprise ? Chantier, usine, commerce, hopital ? Avec ces chiffres, les électeurs vont commencer, peut être, à réfléchir.

  • spcmg71 le mercredi 13 mai 2015 à 18:24

    faites ceci, faites cela... Nous, on est à Bruxelles, et on ne va pas commencer à travailler pour faire fonctionner l'Europe correctement. D'ailleurs, l'Europe, c'est nous !

  • d.e.s.t. le mercredi 13 mai 2015 à 18:22

    Bruxelles n'a pas à donner des ordres à qui que ce soit en Europe! Ces fonctionnaires trop bien payés pour leur (in)utilité devraient un peu se faire oublier et montrer leur CV qui prouverait qu'ils n'ont de loin aucune compétence pour donner des conseils!

  • M4314275 le mercredi 13 mai 2015 à 18:11

    L'Allemagne profite avant tout de l'Europe et surtout de l'euro pour ne pas pénaliser ses échanges commerciaux avec les autres pays adhérents. Maintenant qu'elle ouvre sa cassette, il ne faut pas trop y compter.

  • M4314275 le mercredi 13 mai 2015 à 18:07

    wanda6 est un spécialiste de l'URSS. Staline a pris le pouvoir en 21 à la mort de Lénine et l'a conservé pendant plus de trente ans. Ensuite, l'URSS était une gérontocratie, c'est pour cette raison que les dirigeants ne restaient pas longtemps au pouvoir.

Partenaires Taux