Bruno Soriano, amiral oranger du sous-marin jaune

le
0

Fidèle parmi les fidèles de Villarreal, Bruno Soriano en est également le capitaine. Un statut qu'il doit à sa décennie en équipe première, mais également à ses racines régionales. Car, un temps ouvrier du BTP et cueilleur d'oranges, il n'a jamais oublié son Castellon natal et rural.

Brassard autour du biceps, Bruno Soriano troque son fanion de Villarreal contre celui du Real Madrid. Un échange d'avant-match habituel pour le capitaine du Submarino Amarillo qui, pourtant, tire la gueule. Normal, en ce 17 août 2012, l'adversaire madridista répond au nom de Castilla, et la division renvoie à la Liga Adelante. Descendu par surprise avec son club de toujours, le natif d'Artana joue, lui, la carte de la fidélité : "À cette époque, les coéquipiers qui avaient reçu des offres sont partis. L'équipe était dépeuplée. Moi, ce que je voulais, c'était qu'elle soit compétitive pour remonter en un an. J'avais 28 ans, je ne pouvais pas perdre trop d'années en Segunda." Ce calvaire prend fin dès la fin de l'exercice, et "une explosion de joie lors du coup de sifflet final à Almería". Déjà international espagnol et référence sportive du Madrigal, il devient alors un demi-dieu aux yeux d'une aficion qui le lui rend bien. Pour son entraîneur, il s'agit tout bonnement "de l'un des tout meilleurs au monde" : "Je ne crois pas qu'Arsenal, City, Madrid ou Barcelone aient des joueurs de ce niveau. Un, peut-être, deux, sûrement pas."

Orangers, BTP et chaussures de Riquelme

Loin des mégalopoles anglaises et espagnoles, Bruno Soriano grandit à Artana. Petite bourgade de la province de Castellon, "elle est entourée de montagnes et peuplée par toute la faune et la végétation de la Sierra de Espadan", définit-il dans les colonnes du Pais. Un panorama dont il ne veut jamais se défaire, pas même quand le grand club de la région toque à la porte. Après deux saisons au centre de formation de Villarreal, il décide, contre toute attente, de revenir dans son village natal : "Le club voulait que je reste habiter à la résidence sportive. Lorsque j'avais 16 ans, le football n'était pour moi qu'un divertissement. Pour moi, le plus important était d'être avec la famille et mes amis, de sortir et de profiter de la vie." Un choix de vie qui, en marge de ses matchs dominicaux au niveau régional, s'accompagne d'un job ancestral dans le Castellon. Ouvrier agricole dans une plantation d'oranges, il passe également du temps à aider son père, artisan dans le BTP. Son retour à l'anonymat n'empêche pas le sous-marin jaune de garder un œil sur lui. Tant et si…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant