Bruno Le Roux, le dernier fan de Hollande, à l'Intérieur

le
0
Bruno Le Roux devient ministre de l'Intérieur après quatre ans passés à chanter les louanges de François Hollande.
Bruno Le Roux devient ministre de l'Intérieur après quatre ans passés à chanter les louanges de François Hollande.

Il n'a jamais manqué à François Hollande. Un fidèle parmi les rares fidèles, un pilier du dernier cercle, qui n'a cessé de se rétrécir au fil du mandat. Tout au long du quinquennat, les interventions de Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée nationale, n'ont quasiment pas varié. Un jour, il trouve que « François Hollande a un agenda, un cap particulièrement clair », un autre que « l'impopularité, c'est la rançon du courage ».

Un matin, il juge que « sa main ne tremble pas quand il faut prendre des décisions sur le terrain intérieur ». Un soir, il s'adresse ainsi au président : « Tenez bon, Monsieur le Président (...), parce que nous avons toutes les raisons de lever la tête et d'en être fiers. » Même la calamiteuse affaire Leonarda, cette adolescente expulsée avec sa famille vers le Kosovo, à qui François Hollande avait proposé dans une allocution d'anthologie de rentrer, mais sans sa famille, Bruno Le Roux l'avait jugée maîtrisée de main de maître : « Avec ces décisions justes, le président de la République permet de mettre fin dignement à cette affaire. »

Et même la sortie du livre 

Un président ne devrait pas dire ça..., qui a scellé le sort du président tant ses confidences sur plus de 600 pages aux journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont créé de remous, n'a officiellement pas ébranlé Bruno Le Roux :...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant