Bruno Le Maire n'exclut pas de briguer la présidence de l'UMP

le
2
Bruno Le Maire n'exclut pas de briguer la présidence de l'UMP
Bruno Le Maire n'exclut pas de briguer la présidence de l'UMP

PARIS (Reuters) - L'ancien ministre Bruno Le Maire a annoncé jeudi qu'il serait candidat à la présidence de l'UMP, en novembre, si ses idées ne sont pas reprises par "les grands candidats".

Le président du premier parti d'opposition sera désigné lors d'un congrès, en novembre, par les militants à jour de cotisation.

Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé et l'ancien Premier ministre François Fillon briguent la direction du mouvement mais ne se sont pas déclarés officiellement.

D'autres noms sont évoqués - Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Rachida Dati... L'ex-ministre de l'Economie François Baroin a déclaré pour sa part qu'il pourrait entrer en lice pour défendre ses idées.

Bruno Le Maire, député de l'Eure, tient le même raisonnement.

"D'ici la fin du mois de septembre, je ferai des propositions plus concrètes, plus structurées sur tous les sujets que j'ai indiqués, qui iront des institutions jusqu'à l'Europe, en passant par la compétitivité de crise et la formation des jeunes", a-t-il expliqué sur RMC Info et BFM TV.

"Ensuite, je verrai parmi les grands candidats qui sont déjà plus ou moins déclarés - Jean-François Copé, François Fillon, peut-être d'autres, Alain Juppé ... - qui est prêt à reprendre ces idées", a-t-il poursuivi.

"Si je vois que, par exemple sur l'Europe, personne ne veut aller aussi loin", ou sur la compétitivité des entreprises et le respect des principes républicains, "je porterai mes idées moi-même", a dit l'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin.

"Je ne vais pas remettre mes idées dans la poche en disant 'personne n'en veut, tant pis, c'est dommage, je m'en vais'", a-t-il dit.

Bruno Le Maire s'est élevé contre les invites appuyées au Front national de plusieurs élus UMP, comme Nadine Morano, entre les deux tours des élections législatives.

"Disons une bonne fois pour toutes, à tous ceux qui votent pour nous, nos valeurs ne sont pas celles du Front national. Nos idées ne sont pas celles du Front national. Notre projet pour la France n'est pas celui du Front national", a-t-il répété jeudi.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigot8 le jeudi 21 juin 2012 à 10:56

    les elections c est en 2014 pour le maire ...bigot !humoriste

  • M6437502 le jeudi 21 juin 2012 à 10:13

    Très clair monsieur Le Maire.Nous voyons bien où cette philosophie a amené la France.Des maires qui pactisent avec les islamistes croyant gagner des voix,mais qui offrent des mosquées à des intégristes qui pourront mieux endoctriner leurs ouailles,des portions entières du territoire qui échappent au pouvoir.De grandes déclarations mais pas d'actions!On se croirait revenus dans les années 40.