Bruno Le Maire : « Les consommateurs sont prêts à acheter français »

le
3
Bruno Le Maire : « Les consommateurs sont prêts à acheter français »
Bruno Le Maire : « Les consommateurs sont prêts à acheter français »

Le député Les Républicains de l’Eure, ancien ministre de l’Agriculture, juge que la solution à la crise actuelle passe par un changement d’habitudes.

Que pensez-vous du plan d’aide annoncé par le gouvernement ?

BRUNO LE MAIRE. On peut se féliciter que le pouvoir apporte enfin un début de réponse aux paysans français. En particulier aux éleveurs et aux producteurs de lait. Ce sont des mesures classiques mais nécessaires en situation d’urgence. En revanche, il y a un volet très important qui fait défaut : le volet européen.

C’est-à-dire ?

Je continue à appeler à une réunion immédiate des ministres de l’Agriculture de l’UE. D’abord, pour lever l’embargo russe sur la viande européenne décrété par Vladimir Poutine qui pénalise nos éleveurs. Ensuite, pour obtenir plus de transparence dans les négociations sur le traité transatlantique entre l’Union européenne et les Etats-Unis (NDLR : Tafta) et donner toutes les garanties aux producteurs que les marchandises importées en Europe respecteront bien l’ensemble des normes environnementales, sanitaires et de bien-être animal qui sont exigées chez nous. Enfin, pour parvenir à un véritable changement idéologique pour que soient privilégiés, dans les lieux de restauration collective (crèches, écoles, collèges, hôpitaux, entreprises publiques), les produits nationaux et donc, en France, les produits français. L’objectif, à mon sens, c’est que dans les collectivités publiques, on mange à 100% des produits français.

Consommer français, est-ce une façon réaliste d’atténuer la crise actuelle ?

Oui, absolument. Des dispositifs similaires existent, notamment aux Etats-Unis. Des écoles sont obligées de s’approvisionner en produits locaux américains. Je ne vois pas pourquoi on ne ferait pas la même chose chez nous. Je souhaite qu’en Normandie, dans ma région, on consomme des pommes normandes et pas des pommes du Chili. De la viande ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 le jeudi 23 juil 2015 à 15:08

    Le protectionnisme c'est vraiment la pire des démagogies!!

  • miez1804 le jeudi 23 juil 2015 à 13:55

    Payer plus cher les produits pour que l'etat gaspille tout, non merci pas la peine!

  • mucius le jeudi 23 juil 2015 à 12:59

    Et un protectionniste de plus! Quel misérable pays !