Bruno Giordano : "Mes Napoli - Milan ont fait l'histoire du football italien"

le
0

Soixante ans passés, et Bruno Giordano n'a pas encore vécu son exploit en tant qu'entraîneur. Mais pendant sa carrière de footballeur, l'ancien attaquant de la Lazio et du Napoli a fait beaucoup parler de lui en tant que buteur, passeur et rebelle. Entretien avec un romantique du foot qui a partagé le vestiaire d'un certain Diego Armando Maradona…

Après ton expérience d'entraîneur en Hongrie, comment as tu passé cet été ?
Tranquille, ici à Rome. Je n'ai pas encore eu d'offre, mais j'essaie de ne jamais m'éloigner trop du foot, car si tu veux rester dans ce monde, tu dois toujours resté branché. Donc je vais souvent voir des matchs au stade, des entraînements aussi. Il ne faut jamais perdre la proximité avec le terrain.

Être entraîneur a changé ta vision du foot ?
Oui, bien sur. S'asseoir sur un banc et aller sur le terrain pour jouer, ce sont deux choses totalement différente. En plus, je crois que beaucoup de choses ont changé depuis mon époque. Aujourd'hui, l'entraîneur est surtout un maître tactique qui impose un style de jeu, mais quand je jouais ce n'était pas comme ça, l'entraîneur était plutôt quelqu'un qui gérait un groupe. Un groupe composé d'hommes qui ne se regardaient pas tout le temps dans le miroir. Dans les années 80, le foot était plus humain que maintenant, où des joueurs se barrent du club après quatre mois et n'ont pas cet esprit d'adhésion à l'équipe.

D'ailleurs, tu la sens comment cette édition de la Serie A ?
C'est encore trop tôt pour faire une analyse précise, il y a beaucoup de footballeurs qui viennent de jouer l'Euro et la Copa América et plusieurs équipes ne sont pas encore au top de leur condition physique, comme le Napoli et l'Inter par exemple. Mais je crois que ce sera le championnat italien typique de ces dernières années, avec la Juventus en tête et les autres qui luttent derrière.

Tu suis toujours ta Lazio, qui a bien commencé avec une victoire à Bergame face à l'Atalanta, malgré le fait que l'ambiance soit loin d'être idyllique.
C'était une victoire importante qui donne de l'espoir, même si ça n'a pas été un super match. La Lazio a bien réussi à profiter des erreurs de l'Atalanta et de son jeu en contre-attaque. Je crois qu'ils vont faire à peu près la même saison que l'année passée, avec un classement final entre la sixième et la neuvième place.

« Higuaín ? C'est un peu comme si un Italien avait signé à Boca Juniors après avoir joué trois ans pour River [SPAN…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant