Bruno Famin : " Être compétitif d'entrée "

le
0
Bruno Famin : " Être compétitif d'entrée "
Bruno Famin : " Être compétitif d'entrée "

Bruno Famin, pourquoi était-il important de revenir dans le sport deux ans après avoir tout quitté ?Peugeot n'a pas réellement quitté le sport. En 2013 on est reparti de l'avant avec Pikes Peak (ndlr : course de côte qui se tient sur la montagne de Pikes Peak (États-Unis) tous les ans en été) qui a fait un buzz incroyable avec Sébastien Loeb qui a pulvérisé le record de l'épreuve. Maintenant, la marque Peugeot est de nouveau à l'offensive. Pourquoi avoir choisi Carlos Sainz et Cyril Despres comme pilotes ?Ça s'est fait assez naturellement. Cyril Despres est à moment charnière de sa carrière. On est entré en contact comme ça, presque par hasard. Il s'est avéré que ça a bien correspondu à nos attentes. Des pilotes qui sont capables de gagner le Dakar aujourd'hui, il n'y en a pas beaucoup. Quand on voit la réussite de Nani Roma, qui est aussi un motard converti, et avant lui Stéphane Peterhansel, on sait que ça peut le faire. L'expérience du terrain et de la navigation sont des atouts primordiaux. C'est un pari tout à fait raisonné. Est-ce que ça s'est fait de la même manière avec Pour Carlos Sainz ?Oui, ça s'est fait assez naturellement. On s'est mis à discuter, on lui a présenté le projet. On lui a expliqué ce qu'on voulait faire et comment on voulait le faire. Lui, il a une motivation et une envie de gagner à nouveau le Dakar qui est incroyable. Nos deux envies se sont rejointes assez naturellement. C'est une vraie opportunité d'avoir quelqu'un comme Carlos Sainz dans l'équipe. Il a une expérience incroyable, un talent de pilote qui fait vraiment plaisir.

« On a eu des contacts avec Perterhansel »

Le lien que vous avez avec Red Bull y est-il pour quelque chose aussi ?On a Red Bull et Total qui sont partenaires du projet. Sans oublier Michelin qui est un partenaire technique fort. Evidemment, on discute tous ensemble et quand on parle des pilotes on évoque des noms. C'est un travail d'équipe. Ce sont deux pilotes qui nous conviennent parfaitement et qui ont comme vocation principale d'être en mesure de gagner l'épreuve plus que de faire plaisir aux partenaires. Quelles sont vos ambitions ?On souhaite être compétitif et en mesure de gagner dès la première année. On est parfaitement conscient du challenge qui nous attend. D'une part, le Dakar est une course où tout peut arriver d'une part. D'autre part, la concurrence est vive, elle est présente, expérimentée, très performante. En aucun cas, nous ne voulons la prendre de haut. Au contraire, on aborde l'épreuve avec humilité. Mais on veut bien travailler d'entrée, être au niveau d'entrée, gagner des spéciales aussi. Et, pourquoi pas, être en mesure de gagner la course. Concernant l'éventuel recrutement de Stéphane Perterhansel, qui ne s'est finalement pas fait, que s'est-il passé ?On a parlé longtemps, on a eu des contacts. Mais pour qu'un accord se fasse, il faut remplir un maximum de conditions. Ça n'a pas été le cas.

« On n'a pas discuté avec Sébastien Loeb »

Vous avez parlé de trois pilotes. Pour le moment, vous n'en avez que deux?Trois pilotes, ça signifie trois équipages annoncés. Les choses ne sont pas finalisées pour le moment. Il faut aller progressivement. On a, pour le moment, un duo de pilotes qui est absolument remarquable. On va évidemment compléter au mieux pour faire un trio. On présentera la voiture d'ici un peu plus de trois semaines en Chine. Tout vient à point à qui sait attendre. Ce troisième pilote peut-il encore être Stéphane Peterhansel ?Pour l'instant, je ne sais pas, je ne peux pas répondre à cette question-là. On communiquera sur l'identité de ce troisième pilote en temps utile. En ce qui concerne Sébastien Loeb, on sait qu'en 2015 ce ne sera pas possible, mais en 2016 ?On n'a pas discuté avec Sébastien Loeb. Il est assez grand pour communiquer tout seul. Il a clairement montré son intérêt pour la course puisqu'il s'y est rendu au mois de janvier. Pour l'avoir côtoyé lors de Pikes Peak l'année dernière, c'est un homme qui, quand il se fixe un challenge, fait tout pour y arriver. Pour le moment, son challenge, c'est le WTCC. Je pense qu'il ne faut pas lui parler d'autre chose.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant