Bruno Bunisset, éleveur en résistance

le
2
Bruno Bunisset devant son élevage de porcs qu'il a mis en vente  pour cause d'emploi du temps trop chargé.
Bruno Bunisset devant son élevage de porcs qu'il a mis en vente  pour cause d'emploi du temps trop chargé.

La crise ? Quelle crise ? Bruno Bunisset, lui, ne la subit pas. Du moins pas directement. Propriétaire de 200 vaches allaitantes rachetées à ses parents et d'un élevage de 5 000 porcs en Corrèze, cet homme de 52 ans multiplie les casquettes et les projets. Président d'un petit abattoir à Ussel, mais aussi PDG d'un marché au cadran alternatif au fameux Marché du porc breton de Plérin, il prévoit d'ouvrir un « centre d'engraissement » de jeunes bovins dans le Limousin.

Sorte d'Astérix local, Bruno Bunisset se targue de résister encore et toujours à l'industrialisation à outrance et à son corollaire, la course aux exportations et aux prix bas.

Dans son petit abattoir multi-espèces (vaches, veaux, caprins, moutons, porcs et chevaux) détenu par la mairie d'Ussel, on tue pour 30 centimes de plus, en moyenne, que dans les plus grosses structures, assure-t-il. Et pourtant ça marche. Par quel miracle ? « On a essayé de développer les circuits courts, de vendre aux gens du cru. À la grande distribution locale, en particulier, puisqu'elle représente l'essentiel des points de vente. Aujourd'hui, tout le monde parle des circuits courts. Nous, on a misé dessus il y a dix ans », se félicite cet éleveur-entrepreneur en présentant l'entreprise de 21 employés.

Des « porcs citoyens »

De poste en poste, Bruno Bunisset vante la dextérité et la précision des gestes de chacun. L'un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga il y a 11 mois

    Le bas de gamme industriel au service de la malbouffe....pas de quoi etre fier....

  • mletour2 il y a 11 mois

    5000 porcs et il lutte contre l'industrialisation?