Bruits de bottes en Ukraine : le bras de fer Obama/ Poutine

le
75
Bruits de bottes en Ukraine : le bras de fer Obama/ Poutine
Bruits de bottes en Ukraine : le bras de fer Obama/ Poutine

La pression n'a cessé de monter en Ukraine samedi. Alors que des soldats russes prenaient progressivement le contrôle de points stratégiques en Crimée, la chambre haute du parlement russe a voté le possible «recours sur le territoire de l'Ukraine aux forces armées russes jusqu'à la normalisation de la situation politique dans ce pays». Une formule qui laisse entendre que la Russie peut aussi bien utiliser les forces de la Flotte russe de la mer Noire, qui se trouvent déjà en Crimée qu'envoyer d'autres troupes venant, elles, de Russie. A Poutine de décider.

Dans la soirée, le président ukrainien par intérim a placé ses soldats, mal équipés, en état d'alerte. L'ancien champion du monde de boxe Vitali Klitschko, le parti nationaliste ukrainien Svoboda et le groupe d'extrême droite Pravy Sector, en première ligne de la contestation en Ukraine, ont appelé samedi à la «mobilisation générale». L'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko a appelé au calme et à ne pas entrer dans le jeu de Moscou.

Lors d'un appel téléphonique de 90 minutes, M. Obama a affirmé à M. Poutine, qu'il avait violé la loi internationale en déployant des troupes russes en Ukraine. Il l'a également exhorté à discuter pacifiquement avec les autorités de Kiev de ses inquiétudes sur le traitement des russophones dans le pays, a indiqué la Maison Blanche. La Russie a «le droit» de protéger ses intérêts et citoyens, a répondu Poutine qui a justifié sa position par «la vraie menace pesant sur les vies et la santé des citoyens russes sur le territoire d'Ukraine», ainsi que «les actions criminelles des ultranationalistes soutenus par les actuelles autorités à Kiev».

>>> Revivez les événements de la journée de samedi en Ukraine

00h28. Obama a appelé François Hollande et Stephen Harper (Premier ministre du Canada), selon la Maison blanche. Tous trois ont exprimé leur «profonde inquiétude» au sujet de l'intervention russe en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vlad16 le dimanche 2 mar 2014 à 23:36

    même si Obama, chef du peuple le plus obèse du monde (au moins la moitié de sa population l'est), conseille à Poutine d'éviter de grignoter l'Ukraine entre ses repas, ce dernier le fera quand même : en effet, Obama devrait d'abord donner de bons conseils à ses concitoyens avant de se préocupper de la santé des autres

  • M8412500 le dimanche 2 mar 2014 à 21:54

    POUTINE à tout à fait raison de ne pas se laisser dicter ce qu'il à faire face à ces terroristes qui sont descendu dans la rue avec des masques et des fusils et aujourd'hui ceux sont eux qui sont au pouvoir et les européens cautionnent la façon dont l'UKRAINE gère cette affaire

  • r.lebleu le dimanche 2 mar 2014 à 20:16

    c'est clair, ça nous concerne pas, les Européens ne veulent pas de guerre et n'ont pas 40 milliards pour sauver l'ukraine de la faillite. Les pro-européens ukrainiens ne veulent que 2 choses venant de l'Europe, des sous pour renflouer leurs caisses, et pouvoir venir trouver du travail en Europe. On a déjà le plombier polonais, les espagnols, les roumains et j'en passe qui viennent faire baisser les salaires en France alors n'allons pas plus loin de grace

  • M3550018 le dimanche 2 mar 2014 à 19:47

    L histoire se répète?....la Crimée de retour en Russie?

  • vlad16 le dimanche 2 mar 2014 à 18:10

    ça fait des années que l'ukraine est manipulée et déstabilisée par les occidentaux... poutine vient de dire "stop ça suffit" et il en a les moyens

  • perkele le dimanche 2 mar 2014 à 17:42

    poutine dit respecter l'integrité territoriale de l'Ukraine... pour cela il a trouvé la méthode: envoyer des troupes anonymes qui n'ont pas d'insigne... officiellement, il n'y a pas de troupes russes en Ukraine ))))

  • M3435004 le dimanche 2 mar 2014 à 17:20

    M9095115 Voila. C'est donc pas si simple que ça ! Je n'ai pas plus de sympathie pour Poutine que pour certains excités ukrainiens. Avez vous envie de lâcher 40 milliards d'euros pour l'Ukraine ? De faire la guerre ? lorant21 dit on se calme : je suis d'accord. On réfléchit et on négocie. C'est m^me le parti que souhaite nombre d'Ukrainiens responsables

  • M3435004 le dimanche 2 mar 2014 à 17:16

    M9095115 Avec les défaites des partis ukrainiens les plus nationalistes ou pro-européens, les tensions se sont momentanément apaisées. La Crimée proclama ses propres lois le 5 mai 1992, mais décide plus tard de rester au sein de l'Ukraine en tant que république autonome. La ville de Sébastopol possède aussi un statut spécial en Ukraine, et son arsenal maritime est loué à la Russie qui continue à y entretenir sa flotte du Sud. Les langues officielles de la Crimée sont le russe et l'ukrainien.

  • M3435004 le dimanche 2 mar 2014 à 17:14

    M9095115 Avec l'effondrement et la dislocation de l'URSS, il devint difficile pour la population, majoritairement d'origine russe ou russophone, d'accepter que la Crimée, donnée en 1954 à l'Ukraine soviétique, soit dorénavant une partie intégrante de l'Ukraine indépendante. Cette situation provoqua de nombreuses tensions entre la Russie et l'Ukraine, exacerbées par la présence de l'ex-flotte soviétique (devenue russe) de la mer Noire sur la péninsule, laissant planer le risque d'un conflit armé.

  • M3435004 le dimanche 2 mar 2014 à 17:12

    M9095115 En 1954, Nikita Khrouchtchev « offrit » l'oblast à la République socialiste soviétique d'Ukraine à l'occasion du 300e anniversaire de la réunification de la Russie et de l'Ukraine.