Bruit de bottes à Pyongyang

le
0
Kim Jong-un a ordonné à ses troupes de se tenir prêtes au combat vendredi à la frontière de la péninsule après un échange de tirs d'artillerie entre Séoul et Pyongyang.
Kim Jong-un a ordonné à ses troupes de se tenir prêtes au combat vendredi à la frontière de la péninsule après un échange de tirs d'artillerie entre Séoul et Pyongyang.

Un furieux air de déjà-vu. Le leader suprême Kim Jong-un montre les dents sur le 38e parallèle. Il vient de mettre une nouvelle fois l'Armée populaire de Corée (KPA) sur le sentier de la guerre, à grand renfort de publicité. "Kim Jong-un a ordonné au commandant suprême de la KPA que les unités combinées se trouvant à la frontière se mettent en alerte afin d'être pleinement prêtes au combat et à lancer des opérations surprises", a proclamé l'agence officielle KCNA. Objectif : faire plier la présidente sud-coréenne Park Guen-hye, à qui il a imposé un ultimatum de 48 heures, jeudi, après le tir d'une "roquette" d'avertissement.

Chamaillerie de frères ennemis

La "Dame de fer" de Corée est priée de remballer ses haut-parleurs de propagande, qui crachent des messages contre le régime à travers les barbelés. Une guerre psychologique remise en route par Séoul il y a quelques jours en représailles à l'amputation de deux de ses soldats, qui ont sauté sur des mines antipersonnel, dans la DMZ, cette zone tampon entre les deux armées, le 4 août. Un piège tendu par le Nord, faisant fi des accords en vigueur, accusent la Corée du Sud et l'ONU. Balivernes impérialistes, réplique Pyongyang. Cela ressemble à une chamaillerie de frères ennemis, à coups d'échange de tirs d'obus. Pendant que les 15 millions de Séoulites vaquent à leurs occupations sans frémir, les menaces de Kim feront la une de la presse mondiale, sans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant