Brouillés, Medef et CGPME doivent s'entendre sur la réforme fiscale

le
0
L'opposition des deux organisations patronales sur la réforme de la formation rend plus difficile leur entente pour obtenir une baisse massive des prélèvements sur les entreprises.

2014 sera une année charnière pour les entreprises, avec la réforme de leur fiscalité, promise dans le cadre du «pacte de responsabilité» par François ­Hollande. Face à des enjeux aussi importants, les entrepreneurs pourraient espérer être défendus par un patronat uni. Cela risque de ne pas être le cas. Si le Medef, la CGPME (représentant des PME) et l'UPA (représentant des artisans) plaident tous pour une baisse des impôts et pour la suppression des cotisations familiales acquittées par les entreprises, le consensus s'arrête là. Pas seulement parce que chacun ­proposera des mesures spécifiques (notamment les artisans), mais aussi pour des divergences plus profondes entre le Medef et la CGPME.

Alors que l'organisation pilotée par Pierre Gattaz souhaite que la disparition des c...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant