Brive - Racing 92 : Les Brivistes gagnent au combat

le
0

Après un match débridé, Brive s’impose face au Racing 92 (33-27). Si les Brivistes n’ont pas particulièrement brillé par leurs envolées, ils ont su faire parler la poudre pour dominer les zone de rucks. Une victoire à la corrézienne.

Le debrief

Le Racing était annoncé comme ayant la tête ailleurs, l’Europe plus précisément. Les Brivistes ont donc dominé dans le combat en début de match. Mais ils ont été quelque peu trop virulents. Dès la cinquième minute, Johan Snyman a écopé d’un carton jaune pour un coup de poing. Pourtant, c’est bien le CAB qui a ouvert le score avec la botte de Gaëtan Germain. Mais les jeunes Racingmen se sont progressivement libérés et Camille Chat est allé marquer en force le premier essai de la partie. Tel un mano a mano, Brive a répondu paradoxalement avec ses trois-quarts. Après une succession de passe, Guillaume Namy a pris le dessus en bout de ligne sur Benjamin Dambielle pour aller aplatir. Le Racing 92 a répondu du tac au tac par l’intermédiaire de Marc Andreu, tout juste revenu de suspension. L’ailier francilien a transpercé la défense après un service de Ross Filipo. Le festival de Marc Andreu a continué. Après un subtil coup de pied rasant de Rémi Talès, l’ailier s’est saisi du ballon pour inscrire un doublé. Enfin, une pénalité de Gaëtan Germain et un essai en force de Johan Snyman ont permis aux locaux de repasser devant. Le CAB menait à la mi-temps dans un match totalement débridé (23-21). A noter que les Racingmen ont dû commencer la seconde mi-temps à quatorze. Cedate Gomes Sa ayant payé l’indiscipline francilienne et écopé d’une exclusion temporaire. Au retour des vestiaires, les Brivistes ont joué contre le vent. L’objectif a donc été clair pour Nicolas Godignon, marquer des essais. Sisa Koyamaibole a parfaitement suivi les conseils de son entraîneur. Tout en puissance, il est allé inscrire le troisième essai des Corréziens. Si les Brivistes n’ont pas été plus que ça indisciplinés, les seules fautes corréziennes ont été assez grossières. Teddy Iribaren a écopé d’un carton jaune pour un plaquage cathédrale sur Albert Vulivuli. Décidément, les hommes de Nicolas Godignon ont été incorrigibles sur le jeu déloyal. A la 64eme minute, Matthieu Ugalde a lui aussi écopé d’un carton jaune pour un coup de poing dans un ruck. Cette seconde mi-temps s’est finalement résumée à un duel de buteurs. Mais Benjamin Dambielle a failli à deux reprises, l’écart est resté donc de neuf points. Quelques minutes plus tard, l’arrière a enfin retrouvé le chemin des perches promettant une fin de match haletante. Si les envolées ont été  moins présentes en seconde mi-temps, les duels ont été âpres. A l’image de l’indiscipline globale de la partie, Thibaut Dubarry a été sanctionné d’un carton jaune pour une main au visage. En fin de match, les Brivistes ont parfaitement géré leur avance, et notamment dans les rucks. Brive s’impose donc au courage face aux jeunes Franciliens (33-27). Le CAB reste à la neuvième place, un retour dans le Top 6 reste très improbable. Le Racing 92 s’incline sans le bonus défensif, peut nourrir quelques regrets mais a rivalisé à l’extérieur avec une équipe remaniée. Les Racingmen peuvent maintenant se tourner vers la finale de la Champions Cup face aux Saracens le 14 mai prochain.

Le joueur qui a crevé l’écran

GERMAIN a parfaitement profité de l’indiscipline francilienne. L’arrière briviste a réalisé un 100% face aux perches avec un 7 sur 7. De plus, il a été très présent en défense, montrant beaucoup de volonté. Petit point noir, il n’a pas su gagner son un contre un sur Talès qui aurait pu lui mettre de marquer un essai. Pas forcément flamboyant mais ô combien précieux.

Le tweet qui nous a fait rigoler

La phrase à chaud à retenir

« On aurait mérité de prendre au moins un point. Il faut féliciter nos jeunes qui se sont envoyés et qui ont permis de rivaliser contre cette belle équipe de Brive. » (Rémi Talès - Racing 92 au micro de Canal+).

La stat dont on se souviendra

22. Comme le nombre de pénalités concédées par le Racing 92. Les Franciliens ont été bien trop pénalisés, notamment dans les rucks pour espérer l’emporter.

Les joueurs à la loupe

Brive KOYAMAIBOLE a marqué le match de son empreinte, notamment par sa puissance. Il est l’auteur du troisième essai briviste. SNYMAN a été précieux dans le combat même s’il a laissé ses coéquipiers à quatorze après son carton jaune. S’il n’a pas énormément porté le ballon, HIRECHE a été un poison dans les rucks. Racing 92 ANDREU a été virevoltant pour son retour à la compétition. L’ailier Francilien a inscrit deux essais pleins de vitesse. TALES s’est montré très inspiré dans sa conduite du jeu. Plusieurs coups de pieds à suivre intéressants sont à mettre à son actif dont un sur le deuxième essai francilien. CHAT a comme souvent pesé sur la défense briviste avec un essai. DUSSARTRE a été très discret et peu inspiré sur ses ballons.

La feuille de match TOP 14 (23EME JOURNEE) / BRIVE – RACING 92 : 33-27

Stade Amédée-Domenech (16 000 spectateurs environ) Temps sec - Pelouse correcte Arbitre : M. Tual Trainini Essais : Namy (21eme), Snyman (35eme) et Koyamaibole (51eme) pour Brive – Chat (15eme) et Andreu (22eme et 28eme) pour Racing 92 Transformations : Germain (21eme, 35eme et 51eme) pour Brive – Dambielle (15eme, 22eme et 28eme) pour Racing 92 Pénalités : Germain (10eme, 25eme, 39eme, 59eme) pour Brive – Dambielle (55eme et 71eme) pour Racing 92 Drops : Aucun Carton jaune : Snyman (6eme), Iribaren (55eme) et Ugalde (64eme) pour Brive - Gomez Sa (39eme), Dubarry (77eme) pour Racing 92 Cartons rouges : Aucun Brive Germain – Galala, Mignardi, Petre, Namy – (o) Bezy, (m) Péjoine – Hireche, Koyamaibole, Hauman – Mela, Snyman – Buys, Ribes, Asieshvili. Entraîneur : N. Godignon Racing 92 Dambielle – Robinson, Dussartre, Vulivuli, Andreu – (o) Talès, (m) Phillips – Voisin, Dubarry, Barba – Filipo, Kruger – Gomez Sa, Chat, Brugnaut. Entraîneur : L. Travers et L. Labit
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant