Brigitte Macron, cible de remarques sexistes : «Dire cougar, c'est animaliser»

le , mis à jour à 17:24
4
Brigitte Macron, cible de remarques sexistes : «Dire cougar, c'est animaliser»
Brigitte Macron, cible de remarques sexistes : «Dire cougar, c'est animaliser»

A chacune de ses apparitions publiques, les mêmes blagues sexistes reviennent sur les réseaux sociaux. Plus âgée de 24 ans que son nouveau président de mari, Brigitte Macron est la cible de nombreuses railleries. Pendant la campagne, Jean-Marie Le Pen qualifiait l'ancien ministre de l'Economie de «mari de madame Cougar». Depuis son élection, elle a également été qualifiée de «cagole» par le quotidien britannique le «Financial Times» et a été moquée par «Charlie Hebdo», qui la représente enceinte sur sa Une de mercredi.

 

Mais que montrent ces commentaires sexistes ? Pour Eric Fassin, professeur à l'Université Paris-8, au laboratoire d'études de genre et de sexualité, ils visent aussi bien Brigitte qu'Emmanuel Macron, visé dans ses capacités à diriger le pays. Mais qui a appris à les utiliser en sa faveur.

 

Pourquoi la différence d'âge dans le couple Macron suscite-t-elle autant de débats ?

Elle fait parler car elle est contraire à la norme : on tolère un mari plus âgé que son épouse, mais pas l'inverse. La preuve ? Cette différence d'âge est un argument utilisé contre les couples binationaux pour soupçonner leur amour de n'être pas authentique... Mais le plus intéressant, c'est qu'Emmanuel Macron retourne le stigmate. La faiblesse devient une ressource. Il met en scène cette différence en exposant son couple dans les médias. C'est pour raconter une histoire politiquement utile : «J'ai su, dans ma vie privée, m'arracher aux normes» ; de même, «dans ma vie publique, je ne suis pas un président normal : je transcende les normes politiques».

 

A LIRE AUSSI

> Quand Brigitte Macron était candidate aux municipales

 

Qui est visé par ces attaques ? Elle, ou lui ?

Ces attaques visent le mari à travers la femme. Elles viennent évidemment d'adversaires, qui l'auraient attaqué autrement. Mais, justement : pendant qu'on s'intéresse à la vie privée du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6998582 il y a 10 mois

    Il n'y a pas lieu à victimisation certes, mais il faut quand même noter que ce genre d'attaques ne grandit pas ceux qui les profèrent : quand on a rien à dire au niveau des idées on s'attaque aux personnes ...

  • M1903733 il y a 10 mois

    L' américaine est toujours décriée par certains, entre les deux je n'hésite pas un seul instant pour faire mon choix.

  • M1084720 il y a 10 mois

    On va quand même pas la plaindre! Ne pas être dans la norme est forcément sujet à raillerie. J'ai 20 ans d'écart avec ma première fille, quand je sortais avec elle, j'entendais " encore un soixante huitar avec une Jeunette" et j'ai eu la dernière à 50 ans et j'ai entendu "il est gentil ton grand-père ?" Pas de quoi porter plainte !

  • frk987 il y a 10 mois

    Oh stop à la victimisation de la Trogneugeu, en épousant un mec de l'âge de son fils, elle devait savoir que toute sa vie serait une vraie galère avec les quolibets, les moqueries.....De plus elle aurait être dû poursuivie pour détournement de mineur par personne ayant autorité. Je vous laisse lire le code pénal.....