Brigade antigang : le "pire noël" de François Le Mouël

le
0
Photo d'illustration - Des membres de la brigade de recherche et d'intervention (antigang) lors d'une prise d'otages dans une banque.
Photo d'illustration - Des membres de la brigade de recherche et d'intervention (antigang) lors d'une prise d'otages dans une banque.

Âgé de 86 ans, François Le Mouël est une légende dans la police judiciaire. En 1964, il fonde la brigade de recherche et d'intervention (la célèbre "antigang"). Surentraînés, habitués à intervenir dans les situations les plus difficiles, les privilégiés qui la composent sont souvent considérés comme l'élite de la police française. Contacté par Le Point.fr, François Le Mouël a accepté de conter à la première personne un chapitre de l'histoire de la PJ. "Je me suis dit qu'en matière de banditisme, les enquêtes classiques ne menaient à rien. On nous appelait pour nous dire : la banque a été braquée à tel endroit. Que pouvions-nous faire, une fois sur place ? On recevait des témoignages. Quelques employés de banque nous disaient : on a vu cinq ou six mecs cagoulés rentrer et partir avec la caisse. C'était un sentiment total d'impuissance. Selon moi, il fallait sélectionner des suspects dont on pouvait penser, compte tenu de leur pedigree, qu'ils pouvaient se livrer à des actes de banditisme. Les localiser, exercer des surveillances prolongées. Bref, voir s'ils étaient en train de préparer un coup quelconque. De façon à être en même temps qu'eux, ou de préférence juste avant ou juste après, pour constater la commission de leur forfait. Nous voulions être en capacité de faire un "flag' (flagrant délit, NDLR)", explique François Le Mouël.

L'affaire du Palais-Royal : l'illustration d'une méthode"Cette affaire a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant