Bricolage : l'accord sur le travail dominical validé par les syndicats

le
0
Bricolage : l'accord sur le travail dominical validé par les syndicats
Bricolage : l'accord sur le travail dominical validé par les syndicats

La CFDT et la CFTC signeront l'accord sur les contreparties au travail dominical dans les enseignes du bricolage. Les deux fédérations l'ont annoncé ce jeudi, le patronat du secteur leur ayant laissé jusqu'à midi pour se prononcer.

Le vote des deux syndicats est déterminant : la CFTC et la CFDT représentent à elles seules 49 % des voix du secteur et un accord pour être validé doit être approuvé par 30 % des voix. Elles ont été rejointes par la CFE-CGC, qui représente 4 % des voix. La CGT (26,94 %) et FO (19,96 %) avaient, quant à eux, prévenu qu'ils ne signeraient pas.

«Nous serons signataires, ce qui entérine l'accord après l'annonce de signature de la CFTC», a affirmé Myriam Boudouma, de la fédération CFDT du commerce. L'accord fait suite à un décret entré en vigueur le 1er janvier et autorisant le travail le dimanche pour les enseignes de bricolage jusqu'au 1er juillet 2015.

Des avancées sur la formation

Jeudi matin, le président de la fédération CFTC du commerce Patrick Ertz affirmait encore être «très réticent». Mais le syndicat a obtenu trois garanties de la fédération des magasins de bricolage (FMB), qui regroupe la plupart des grandes enseignes du secteur.

Premièrement, le respect de la liste des magasins concernés par une ouverture le dimanche, soit 178 points de vente, principalement en Ile-de-France. Deuxièmement, des avancées en matière de formation sur la sécurité pour les salariés du week-end, lesquels auront la priorité en cas d'ouverture de postes en semaine. Troisièmement, la pérennité de l'accord, qui s'appliquera au-delà de la date du 1er juillet 2015 fixée au départ par le décret.

L'accord entend, par ailleurs, consolider le volontariat en garantissant notamment «le droit au refus qui ne peut entraîner aucune discrimination ou sanction»,«la réversibilité à tout moment de l'année avec un préavis de un mois» ou «un égal accès au travail le dimanche pour les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant