Brice Hortefeux : « L'Europe n'est plus l'Eldorado »

le
3
Brice Hortefeux : « L'Europe n'est plus l'Eldorado »
Brice Hortefeux : « L'Europe n'est plus l'Eldorado »

Député européen UMP et ancien ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux veut réduire l'immigration familiale et souhaite une réforme du droit du sol.

Le chef de l'Etat a-t-il raison de vouloir faire rentrer Leonarda ?

Brice Hortefeux. François Hollande cherche à ne mécontenter personne et à satisfaire tout le monde. A l'arrivée, c'est l'inverse : l'ambiguïté et le non-choix ne contentent jamais qui que ce soit. Devons-nous être le seul pays à renoncer à son droit de maîtriser ses flux migratoires? Evidemment non. De qui parle-t-on? D'un individu, son père, venu sans autorisation et qui clame haut et fort qu'il reviendra au mépris des règles de notre Etat. Toutes les informations indiquent qu'il a eu maille à partir avec la justice. Dès lors que la procédure a été respectée, il était normal que cette famille soit reconduite. Ce serait un très mauvais signal de dire qu'on peut bafouer impunément les règles de la République.

Manuel Valls a été critiqué pour ses propos sur les Roms. Vous le soutenez ?

Je ne suis pas là pour le conforter ni le désavouer, mais pour rappeler un principe : comme tous les pays au monde, la France est libre de déterminer qui elle peut et veut accueillir. Aujourd'hui, il faut réduire l'immigration familiale, qui a augmenté en un an de 7,5%, et reconduire les clandestins venus sur notre territoire sans notre autorisation. Or, selon certaines sources policières, le chiffre des reconduites serait en baisse de 40%! Il faut aussi diminuer le nombre de régularisations, qui va au contraire augmenter d'environ 40000 du fait d'une circulaire de 2012. Ce gouvernement a le verbe haut, mais l'action discrète.

Vous souhaitez revoir le Code de la nationalité en réformant le droit du sol ?

Il faut restreindre l'accès à la nationalité, alors que le gouvernement est en train de l'élargir. En un an, le nombre de naturalisations a ainsi augmenté de 14%. Mais c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 20 oct 2013 à 13:05

    ça reste un eldorado pour les élus et les bénénficiaires de subsides: 57% du PIB de 2000 Mds d'euros qui se répartissent en salaires de fonctionnaires et de dépenses sociales. ce n'est pas un endroit pour récolter les fruits de son travail. Partons

  • janaliz le dimanche 20 oct 2013 à 11:42

    Effectivement le modèle social à la française n'est qu'une utopie depuis 40 ans, basée sur un endettement devenu intolérable maintenant que nous ne pouvons plus emprunter sous peine de faillite définitive. Les modèles ne le deviennent que s'ils proposent des solutions pérennes. On en est très loin !

  • LeRaleur le dimanche 20 oct 2013 à 11:00

    N'a jamais été l'Eldorado, car a vécu uniquement sur la dette pendant 40 ans. Et maintenant c'est fini.