Brice Hortefeux condamné pour avoir menacé un avocat

le
1

PARIS (Reuters) - L'ex-ministre UMP de l'Intérieur Brice Hortefeux a été condamné jeudi à Paris à 5.000 euros d'amende avec sursis et 10.000 euros de dommages et intérêts pour avoir menacé Olivier Morice, avocat de familles de victimes de l'attentat de Karachi, en 2002 au Pakistan.

L'enquête sur cet attentat a conduit à une autre procédure visant une possible corruption en 1995 lors de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole. Me Morice a publiquement estimé que Nicolas Sarkozy était "au coeur de la corruption".

Dans un entretien au Nouvel observateur en octobre 2011, Brice Hortefeux, un proche de Nicolas Sarkozy, se disait "écoeuré par la lâcheté des journalistes qui fracassent tous les amis de Nicolas Sarkozy, alors que c'est Me Morice qui devrait être fracassé".

Le tribunal correctionnel de Paris a estimé dans le texte de sa décision que ces propos visaient à "influencer le comportement de l'avocat dans l'exercice de ses fonctions".

"Le propos constitue bien un acte d'intimidation en raison de la violence du terme employé, au surplus par une personne haut placée, ce qui le rend manifestement plus impressionnant", estime le tribunal dans ses attendus.

Brice Hortefeux peut faire appel. Il a été lui-même un protagoniste involontaire de l'enquête sur l'affaire Karachi. Une de ses conversations téléphoniques avec un protagoniste, Thierry Gaubert, avait été interceptée. Il lui disait que sa femme, Hélène de Yougoslavie, "balançait beaucoup".

Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3101717 le jeudi 22 nov 2012 à 17:35

    Ministre de l'Intérieur, c'est pas rien tout de même ! Après on s'étonne des dérives : un UMP, quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a plusieurs ;o)