Brian Laudrup : " À l'entraînement, on m'avait taillé une cravate verte en pièces"

le
0
Brian Laudrup : " À l'entraînement, on m'avait taillé une cravate verte en pièces"
Brian Laudrup : " À l'entraînement, on m'avait taillé une cravate verte en pièces"

De 1994 à 1998, Brian Laudrup a enchanté les pelouses de la Scottish Premier League et ravi les supporters des Glasgow Rangers. Le légendaire joueur danois, frère de Michael et surtout champion d'Europe 1992, raconte la magie d'un Old Firm à Ibrox ou au Celtic Park.

Brian Laudrup à Glasgow, c'est quatre saisons aux Rangers, quelques matchs de légende comme une finale de Cup en 1996 contre Hearts, rebaptisée The Laudrup Final, une cohabitation avec Paul Gasgoine et surtout une véritable histoire d'amour footballistique. Sous la houlette d'un Walter Smith lui ayant laissé une totale liberté dans le jeu, le Danois a écrit l'une des plus belles pages de l'histoire des Rangers avec trois championnats, une Cup et une Coupe de la Ligue.

Tu te souviens de ton premier Old Firm contre le Celtic ? Je venais de signer, on avait échoué en qualifications pour la Ligue des champions contre l'AEK Athènes. On s'était faits sortir de la Cup par Falkirk et ensuite on s'est faits battre à la maison par le Celtic, 3-1. Trois défaites pour ma première semaine de compétition, la troisième la plus terrible. Plusieurs supporters m'ont interpellé alors que je sortais du stade en voiture. Je me suis demandé ce qu'il allait se passer, mais en réalité, ils m'ont encouragé : " Allez, allez, on est derrière toi, derrière l'équipe, tu vas réussir ". Cela m'a détendu car j'étais habitué aux fans italiens beaucoup plus radicaux. À ce moment, je me suis dit " je dois donner à ces merveilleux supporters de bonnes raisons de sourire ". Je crois qu'au final, je n'ai pas perdu plus de 2-3 Old Firm en quatre ans en Écosse.
À quoi ressemble l'atmosphère à Glasgow avant le Old Firm, la vie s'arrête ? Complètement. Ce qui est amusant, c'est qu'à Glasgow, tout est très divisé, vous avez des zones clairement pro-Rangers et d'autres pro-Celtic. Avant le match, c'est très animé, les matchs sont totalement débridés. J'ai disputé de nombreux derbys dans ma carrière, rien ne peut égaler un Rangers-Celtic. Pourtant, j'ai joué des Milan-Inter, Ajax-Feyenoord, des matchs entre la Fiorentina et la Juve, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund. Rangers-Celtic, c'est totalement fou, je me suis plusieurs fois demandé si le ballon n'allait pas exploser tellement c'est intense. Le ballon va dans tous les sens, les tacles aussi. C'était à chaque fois de grands matchs avec beaucoup de buts. Les Écossais jouent toujours le Old Firm avec leur cœur.
Quatre Old Firm minimum par saison, comment tu expliques que la passion ne s'affaiblisse pas ? Pour moi,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant