Brexit-"Welcome in Paris", dit Valls aux entreprises internationales

le
2
    PARIS, 2 juillet (Reuters) - Le Premier ministre Manuel 
Valls appelle les grandes entreprises internationales à investir 
en France après la décision des Britanniques de quitter l'Union 
européenne, annonçant des dispositifs pour renforcer 
l'attractivité du pays. 
    "Aux grandes entreprises internationales je dis donc : ' 
Welcome in Paris! Venez investir en France! '", déclare-t-il 
dans une interview publiée samedi dans Le Parisien. 
    "Nous savons que des groupes installés à la City envisagent 
de la quitter pour Dublin, Amsterdam, Francfort et Paris", 
a-t-il ajouté. "Nous travaillons à des dispositifs qui 
pourraient permettre de renforcer notre attractivité. Je pense 
notamment à la fiscalité ou au statut des expatriés." 
    Dans un entretien publié jeudi dernier dans Les Échos, une 
semaine après la victoire des partisans du "Brexit" au 
Royaume-Uni, François Hollande annonçait déjà sa volonté 
d'adapter les règles pour rendre la place de Paris "plus 
attractive". 
    Pour le président français, le Royaume-Uni perdra le 
"passeport" européen de ses établissements financiers s'il 
refuse les règles de libre circulation et les  opérations de 
compensation en euros ne pourront plus se faire à Londres après 
le Brexit, et pourront donc aller à Paris.   
 
 (Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M999141 il y a 5 mois

    Welcome in Paris, dans le Pays où les impôts et taxes sont les plus élevées, où l'ennemi est la finance et où le président n'aime pas les riches ! Soyez réaliste Mr Valls, notre Pays n'est pas attrayant pour les entreprises. Et ça, c'est vous, ne cherchez pas à désigner un coupable.

  • frk987 il y a 5 mois

    Il prend ses rêves pour des réalités, avec tes impositions ubuesques, tu peut croire qu'elles vont se précipiter en France !!!! Soit il est sérieux et ça démontre une méconnaissance absolue, soit il dit n'importe quoi car il sait bien que le PS c'est foutu.