Brexit-Vers un bras de fer sur la pêche entre Londres et l'UE

le , mis à jour à 19:03
0
    * Le Brexit risque de déstabiliser la filière de la pêche 
    * Vers des négociations ardues sur les zones de pêche 
    * Tensions dans un secteur fragilisé 
 
    par Emmanuel Jarry 
    PARIS, 18 janvier (Reuters) - Le sort de dizaines de 
milliers de marins-pêcheurs et d'autres emplois de part et 
d'autre de La Manche est suspendu aux futures négociations sur 
la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, un des enjeux du 
"hard Brexit" promis par Theresa May. 
    L'allusion, dans le discours prononcé mardi par la Première 
ministre britannique, est passée pratiquement inaperçue mais pas 
au Comité national des pêches (CNPMEM), organisme représentatif 
des professionnels du secteur en France. 
    "Je ne crois pas que les dirigeants de l'UE diront 
sérieusement aux exportateurs allemands, aux agriculteurs 
français, aux pêcheurs espagnols (...) qu'ils veulent les rendre 
plus pauvres juste pour punir la Grande-Bretagne", a-t-elle dit. 
    La mention des "pêcheurs espagnols" visait en réalité tout 
autant leurs collègues français, belges, néerlandais ou du nord 
de l'Europe, estime-t-on au CNPMEM. 
    Un responsable de cet organisme interrogé par Reuters y voit 
aussi un gage donné par Theresa May aux pêcheurs écossais, qui 
ont voté massivement pour le Brexit, contrairement à la majorité 
de l'électorat de l'Ecosse, en juin 2015. 
    L'adhésion du Royaume-Uni en 1973 a permis de mettre de 
l'ordre dans la gestion des ressources halieutiques de l'UE dans 
le cadre de la Politique commune de la pêche (PCP). 
    Celle-ci s'efforce de préserver les stocks de poissons par 
des quotas tout en offrant à l'ensemble de la flotte de pêche 
européenne une égalité d'accès aux eaux de ses Etats membres. 
    Une "renationalisation" de la zone économique exclusive 
(ZEE) britannique de 200 milles nautiques remettrait en cause le 
délicat équilibre obtenu grâce à la PCP, contestée depuis le 
début par les pêcheurs britanniques. 
    "Si les Anglais décident de nous interdire l'accès à leurs 
200 milles, c'est entre 70 et 80% de l'activité de la pêche 
française, belge, néerlandaise, qui est mise en cause", souligne 
l'eurodéputé français Alain Cadec, président de la Commission de 
la pêche du Parlement européen. 
     
    RISQUE DE TENSIONS 
    "Evidemment, il y aurait des rétorsions. Mais je ne peux 
même pas imaginer qu'on en arrivera là", ajoute ce conseiller 
pour les affaires européennes du candidat de la droite à 
l'élection présidentielle française, François Fillon. "C'est un 
marqueur des négociations qui vont s'ouvrir" avec Londres. 
    Pour Alain Cadec, les Britanniques, qui exportent environ 
65% du produit de leur pêche dans l'UE, prendraient le risque 
d'être les plus grands perdants de l'absence d'accord. 
    Il admet cependant que tout le monde serait pénalisé et 
estime que des accords sont possibles sur le modèle de ceux que 
l'UE a conclus avec la Norvège, par exemple. 
    "Si on veut maintenir une activité économique importante en 
matière de pêche et d'aquaculture, on est condamné à trouver des 
compromis, même dans le cadre d'un hard Brexit", dit-il. "Sinon 
ce serait suicidaire pour les uns et pour les autres." 
    Une source européenne estime que le Royaume-Uni sera de 
toute manière tenu de respecter les conventions internationales 
existantes sur la pêche et l'accès aux ZEE. 
    "Les partisans du Brexit ont dit 'on va pêcher comme on 
veut'. Mais ça ne se passera pas comme ça. Ils vont devoir 
négocier et il n'est pas sûr que ce sera plus facile pour eux", 
souligne cette source. 
    Aujourd'hui, sur quelque 160 espèces sous quota européen, 
une centaine sont exploitées par les pêcheurs britanniques. 
    "Si les Anglais sortent de l'UE, cette question devra être 
résolue dans l'accord qui actera leur sortie", de même que la 
question de l'accès aux ZEE, dit-on au CNPMEM. 
    Une autre question devra aussi être réglée : celles des 
"bases avancées" que des navires de pêches français utilisent 
sur les côtes britanniques pour limiter les aller-retours avec 
leurs ports d'attache. 
    En attendant l'issue de négociations qui s'annoncent ardues, 
un regain de tensions entre les pêcheurs britanniques et leurs 
homologues du reste de l'UE est à craindre, juge-t-on au CNPMEM. 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant