Brexit : un ministre proche de Cameron exclut un deuxième référendum

le
0
Brexit : un ministre proche de Cameron exclut un deuxième référendum
Brexit : un ministre proche de Cameron exclut un deuxième référendum

Près de quatre millions de Britanniques ont signé à ce jour la pétition réclamant un nouveau référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne. Un membre du gouvernement de David Cameron vient de leur opposer une fin de non recevoir : le ministre des Affaires européennes, David Lidington, qui s'exprime ce mardi dans le quotidien conservateur polonais «Rzeczpospolita». 

 

«Je ne pense pas que cela soit correct (répéter le référendum - ndlr). En démocratie, il faut respecter les résultats des élections et s'y soumettre», déclare-t-il, au lendemain d'une rencontre à Varsovie, à l'initiative du chef de la diplomatie polonaise, de ministres des Affaires étrangères et hauts responsables de dix pays de l'UE. David Lidington a souligné que «la participation au référendum a été très forte, plus de 72% des électeurs, soit plus qu'aux dernières élections parlementaires».

 

L'éclatement du Royaume Uni «serait une tragédie»

 

Le ministre britannique des Affaires européennes répondait ainsi au chef du parti Droit et Justice (PiS, conservateur) au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski, qui avait suggéré lundi une deuxième consultation. «Notre conception, celle pour aujourd'hui, pas pour l'avenir, prévoit des efforts pour que la Grande-Bretagne retourne dans l'Union, pour qu'il y ait un deuxième référendum. Une telle tendance existe en Grande-Bretagne», avait déclaré Jaroslaw Kaczynski à des journalistes à Bialystok, selon l'agence PAP.

 

La déclaration de David Lidington prend le contre-pied des propos de son collègue britannique de la Santé, Jeremy Hunt. Ce dernier estimait lundi, dans une lettre ouverte publiée par The Daily Telegraph, que Londres pourrait engager un nouveau référendum si la question migratoiure était réglée. Le ministre britannique de la Santé, proche de David Cameron, est considéré comme un successeur potentiel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant