Brexit : un coup dur pour Merkel

le
2
La chancelière allemande a invité Donald Tusk, Matteo Renzi et François Hollande à une réunion de crise lundi à Berlin.
La chancelière allemande a invité Donald Tusk, Matteo Renzi et François Hollande à une réunion de crise lundi à Berlin.

« Pas la peine de tourner autour du pot : cette journée marque une césure pour l'Europe. » Angela Merkel, l'air grave et la voix bien posée des grands jours, n'a pas mâché ses mots en commentant le résultat du référendum britannique, vendredi 24 juin. Fidèle à son légendaire pragmatisme, la chancelière allemande a demandé aux Européens de garder leur sang-froid. Angela Merkel met en garde « contre les conclusions hâtives et trop simplistes qui risquent de diviser encore davantage l'Europe ». Elle enjoint au contraire aux 27 membres restants de l'Union européenne d'« analyser la situation avec calme et pondération de façon à pouvoir prendre ensemble les bonnes décisions ».

Pas de panique

Il est temps, après ces semaines de tourmente et de spéculations et après le gros choc asséné aux Allemands au saut du lit vendredi, de se remettre au travail. La chancelière a convoqué les chefs des groupes parlementaires au Bundestag. À la sortie, chacun s'efforçait de présenter un visage serein aux caméras. « La procédure pour une sortie de l'Union européenne est parfaitement réglée et va être appliquée », rassure au même moment le communiqué du ministre des Finances Wolfgang Schäuble, qui déplore, mais respecte la décision des Britanniques. Pas de panique ! est le mantra à Berlin.

« Mise en garde », « avertissement », dans la classe politique et parmi les commentateurs, nombreux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ostrevan il y a 10 mois

    M8252219 : tu ne nous dépeins pas une vision future !; mais le résultat de la politique depuis la fin de 1945 crescendo crescendo crescendo

  • frk987 il y a 10 mois

    Un parcours sans faute jusqu'au jour où la folie de l'immigration lui a effleurée l'esprit. C'est dommage elle a perdu toute crédibilité et se retrouve dans le cas de figure de FH, battus aux prochaines élections par manque de pragmatisme..et d'intelligence de base. on ne gouverne pas un pays, pas plus que l'UE, avec le cœur, mais avec le fric. Plus il y aura du fric et mieux se porteront les populations.