Brexit-Tokyo mobilisé sur les changes et la politique budgétaire

le
0
 (Actualisé avec des précisions) 
    par Minami Funakoshi et Tetsushi Kajimoto 
    TOKYO, 27 juin (Reuters) - Le Premier ministre japonais 
Shinzo Abe a demandé lundi à son ministre des Finances Taro Aso 
de suivre le marché des changes "de plus près que jamais" et de 
prendre des mesures si nécessaire en réponse au Brexit.  
    Tokyo pourrait par ailleurs porter à plus de 10.000 
milliards de yens (90 milliards d'euros) le plan de soutien 
budgétaire qu'il prévoyait d'annoncer pour appuyer une reprise 
chancelante de l'économie nippone, ont dit des sources à 
Reuters.  
    Le gouvernement de Shinzo Abe avait envisagé un plan de 
relance de 5.000 à 10.000 milliards de yens dans le cadre d'un 
collectif budgétaire qui doit être annoncé avant la fin de 
l'année.  
    Une enveloppe plus importante pourrait être débloquée si une 
réaction prolongée au Brexit devait mettre en péril la fragile 
reprise de l'économie, ont dit les sources qui ont requis 
l'anonymat.  
    Concernant le marché des changes, Abe a formulé sa demande 
lors d'une réunion d'urgence entre le gouvernement et la Banque 
du Japon (BoJ) dont certains analystes estiment qu'elle renforce 
la probabilité d'une réunion de politique monétaire non 
planifiée, avant celle prévue le mois prochain, et destinée à 
annoncer de nouvelles mesures de stimulation monétaire. 
    Les mesures de relance doivent être débattues mardi, à 
l'occasion d'une réunion du Conseil de politique économique et 
budgétaire sous la présidence de Shinzo Abe.  
    "Des risques et des incertitudes demeurent sur les marchés 
financiers", a dit Shinzo Abe. "Il nous faut continuer à 
travailler en vue d'une stabilité des marchés", a-t-il 
poursuivi, signalant que les autorités japonaises étaient prêtes 
à intervenir sur le marché des changes en cas d'appréciation 
jugée excessive du yen.  
    Abe avait convoqué le ministre de l'Economie Taro Aso et le 
vice-gouverneur de la BoJ Hiroshi Nakaso pour examiner les 
mesures à prendre en réponse à d'éventuelles turbulences sur les 
marchés.  
    "Le Premier ministre m'a donné comme instruction d'apporter 
des réponses variées et énergiques afin d'assurer la stabilité 
des marchés financiers et des changes", a dit Aso à des 
journalistes à l'issue de la réunion.  
    Nakaso a dit que la BoJ restait en contrat étroit avec les 
autres banques centrales pour garantir que les marchés 
financiers mondiaux disposent de suffisamment de liquidité. 
    Il s'est refusé à dire si la BoJ envisageait de tenir une 
réunion de politique monétaire d'urgence pour annoncer de 
nouvelles mesures d'assouplissement.  
    La banque centrale pourrait tenir une réunion de politique 
monétaire plus rapidement que prévu si son rapport trimestriel 
(tankan) du deuxième trimestre, qui doit être publié le 1er 
juillet, confirmait une dégradation de l'activité économique et 
de l'inflation, estiment des économistes.  
    "Il y a une probabilité de 30% que la BoJ tienne une réunion 
de politique monétaire extrordinaire", a dit Naomi Muguruma, une 
économiste de Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities.  
    "Nous anticipions que la BoJ assouplisse encore en juillet. 
Et le Brexit renforce encore la possibilité d'une action de la 
BoJ car il accroît les risques entourant les perspectives 
économiques du Japon", a-t-elle ajouté.  
 
 (Avec Leika Kihara et Takya Yamaguchi, Julie Carriat et Marc 
Joanny pour le service français, édité par Henri-Pierre André et 
Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant