Brexit - Theresa May, modérée, mais pas commode

le
0
Theresa May s'était opposée au référendum pour le Brexit en privé, jugeant le scrutin trop risqué.
Theresa May s'était opposée au référendum pour le Brexit en privé, jugeant le scrutin trop risqué.

Elle est, à 59 ans, le recours modéré au chef de file des pro-Brexit, Boris Johnson. Malgré l'image volontaire et forte que Theresa May s'est forgée, la ministre de l'Intérieur s'efforce toujours de trouver le juste milieu. D'ailleurs, à lire le dernier sondage publié le 28 juin par le Times, la « la dame de fer » des tories, est désormais la favorite à la succession de David Cameron, à la tête de la droite et du pays.

Lors de la campagne référendaire, la députée de Maidenhead, une ville prospère proche de Londres, a fait le service minimum. Eurosceptique, partisane d'un contrôle strict de l'immigration, cette fille d'un révérend anglican a défendu le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne par pragmatisme économique. Elle estime aujourd'hui que la victoire des « Brexiters » due à l'inquiétude du pays profond envers l'immigration, et le chaos financier qui s'ensuit justifient sa prudence. En privé, elle était hostile à la tenue d'une telle consultation jugée trop risquée.

Une ministre de l'Intérieur sur tous les fronts

Le parcours politique de Theresa May chez les tories est singulier. Après des études de géographie à l'université d'Oxford, elle entre à la Banque d'Angleterre avant de devenir consultante à la City. Mais engagée très tôt au parti conservateur, cette militante mord la poussière à deux reprises aux législatives. Elle est finalement élue dans une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant