Brexit : qui est Nigel Farage, l'europhobe le plus controversé d'Angleterre ?

le
0
Brexit : qui est Nigel Farage, l'europhobe le plus controversé d'Angleterre ?
Brexit : qui est Nigel Farage, l'europhobe le plus controversé d'Angleterre ?

Brexit or not Brexit ? Le 23 juin, les citoyens britanniques sont appelés à se prononcer pour ou contre le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne. Selon les sondages, les deux camps sont au coude à coude et le suspense est entier.

 

Le Premier ministre David Cameron, contraint d’organiser ce référendum par ses alliés conservateurs, joue une partie de son avenir. Favorable au maintien dans l’UE, il doit faire face à des poids lourds tels que Boris Johnson, l’ancien maire conservateur de Londres, et Nigel Farage, le leader du parti antieuropéen Ukip. Cette formation, classée à l’extrême droite en raison de sa rhétorique xénophobe, est sortie largement vainqueur des élections européennes de 2014.

 

Des dizaines de bateaux sur la Tamise

 

Ce mercredi, Nigel Farage entend marquer la campagne en réunissant des dizaines de navires sur la Tamise. Objectif : apparaître comme le défenseur des pêcheurs britanniques. «Le message est clair : nous voulons à nouveau contrôler nos eaux», a déclaré Nigel Farage en début de semaine. Avant cela, le leader n’avait pas hésité à accuser l’Europe de tous les maux : immigration incontrôlée, bureaucratie coûteuse et manque de légitimité démocratique. Des convictions qu’il affirme avec virulence depuis une vingtaine d’années.

 

Buveur et amateur de tabac, Nigel Farrage est un excessif, habitué des sorties fracassantes, plus ou moins bien maîtrisées. Il est aussi connu pour son caractère bouillonnant, n’hésitant pas à congédier ses collaborateurs sans ménagement. Retour sur le parcours de cet eurodéputé controversé.

 

Un trader devenu souverainiste

 

Nigel Farage, 53 ans, est né à Farnborough, dans le Hampshire (sud-ouest). Il se lance dans une carrière de courtier après de brillantes études au Dulwich College. En 1993, après l’adoption du traité de Maastricht par le gouvernement de John Major, il rompt avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant