Brexit : quand l'Écosse éternue, l'Irlande du Nord s'enrhume

le
0
L?Irlande du Nord risque de se retrouver isolée dans un royaume désuni après les nouvelles menaces de référendum sur l?indépendance écossaise.
L?Irlande du Nord risque de se retrouver isolée dans un royaume désuni après les nouvelles menaces de référendum sur l?indépendance écossaise.

Belfast commençait à peine à se remettre du traumatisme provoqué par le Brexit. Les récents développements survenus à Édimbourg ont réveillé les angoisses nées au lendemain du référendum du 23 juin. Contrairement au Royaume-Uni qui s'est prononcé dans son ensemble pour une sortie de l'Union européenne, l'Écosse et l'Irlande du Nord ont très majoritairement voté en faveur du maintien.

Dans un premier temps, les deux nations se sont installées dans un prudent "wait and see", en attendant que les négociations à venir leur donnent une idée de la sauce à laquelle elles allaient être mangées. Tout s'est accéléré le 15 octobre, lorsque la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a finalement laissé entendre qu'elle pourrait organiser un nouveau référendum sur l'indépendance, après une première consultation, perdue, en 2014.

Un scénario qui inquiète à juste titre nombre d'Irlandais du Nord, qui se retrouveraient plus minoritaires et donc moins audibles que jamais dans un royaume désuni. Le risque d'une reprise des violences intercommunautaires, qui ont fait plus de 3 500 morts, le premier qui vienne à l'esprit, n'est pourtant pas le plus grand. Même si les unionistes (schématiquement, les protestants) sont plutôt favorables au Brexit et les républicains (les catholiques), partisans d'un maintien au sein de l'UE. Les attentats ont presque totalement cessé après les accords dits "du Vendredi saint", en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant