Brexit : psychodrame à l'anglaise

le
0
Londres, qui a voté massivement en faveur du maintien dans l?Union européenne, a sombré dans une profonde déprime.
Londres, qui a voté massivement en faveur du maintien dans l?Union européenne, a sombré dans une profonde déprime.

« Perdre l'un de ses parents peut être regardé comme un malheur. Perdre les deux ressemble à de la négligence. » Depuis le Brexit, l'Angleterre pourrait faire sien le bon mot d'Oscar Wilde dans la comédie L'Important d'être constant. Les drapeaux sont en berne à Londres. La capitale britannique, qui a voté massivement en faveur du maintien dans l'Union européenne, a sombré dans une profonde déprime. Éperonnée par les commentaires virulents de la presse populaire, l'atmosphère est délétère. Le chauvinisme est belliqueux. À Londres, les actes xénophobes sont légion. Le centre polonais d'Hammersmith a été recouvert d'inscriptions « Poles, go home » (« Polonais, rentrez chez vous »). Des hooligans autochtones venus des HLM voisines seraient responsables de cet acte raciste. Une journaliste de la BBC, Britannique originaire du sous-continent indien, qui parle sans accent, s'est fait insulter de « sale Paki » lors d'un micro-trottoir dans un quartier cockney (populaire). Outre-Manche, tout commence et se termine dans la lutte des classes, voire des clans.

Dans les pubs, on veut refaire les matches

Quant à l'Angleterre, elle vit un authentique psychodrame depuis le référendum du 23 juin. L'ignominieuse défaite (1-2) de l'équipe aux Trois Lions face au nain islandais lors de l'Euro a plongé le berceau du football dans le désespoir. Ce drame est intervenu dans la foulée de l'annonce de la perte du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant