Brexit : Poutine se frotte les mains

le
9
Vladimir Poutine en 2015. Le président russe espère bien voir lever les sanctions européennes qui le frappent depuis l'invasion de la Crimée. 
Vladimir Poutine en 2015. Le président russe espère bien voir lever les sanctions européennes qui le frappent depuis l'invasion de la Crimée. 

« Une victoire géante pour la politique étrangère de Poutine. » Michael McFaul, ex-ambassadeur américain en Russie, n'a aucun doute : le Brexit fait les affaires du maître du Kremlin. « Je le félicite sincèrement », ajoute-t-il. Dans son tweet le diplomate n'en dit pas davantage, mais à ses yeux Moscou tire profit du coup de massue asséné à l'Union européenne.

D'abord parce que les sanctions décidées il y a deux ans à l'encontre de la Russie par Bruxelles perdent leur plus ardent défenseur. Lors de la crise ukrainienne, le Royaume-Uni a été en première ligne pour punir « l'agresseur russe ». Certes, Londres ne déserte pas encore les instances européennes, mais sa voix pèsera moins lourd. « Il n'y aura plus personne au sein de l'Union européenne pour promouvoir les sanctions avec autant de zèle », se réjouit le maire de Moscou Sergueï Sobianine. Avant le référendum David Cameron, lui-même, soulignait que « Poutine serait content de voir son pays quitter l'Union européenne ».

« Le tout ou rien ne marche pas »

D'autant que d'autres pays membres fléchissent. À commencer par l'Allemagne. « L'approche du tout ou rien ne marche pas », prévient le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, favorable à une levée progressive des sanctions. Un sentiment partagé à Rome. En signe d'apaisement, le président du Conseil italien Matteo Renzi a même...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le dimanche 26 juin 2016 à 21:37

    Avec l'Angleterre et l'OTAN, L'UE s'est trompée d'adversaire. La Russie n'est l'ennemie de personne. Pour les "néocons" du Pentagone, la Russie est l'ennemie, du simple fait qu'elle existe. Dixit le Directeur du Pentagone!

  • 445566ZM le dimanche 26 juin 2016 à 15:19

    Depuis l'embargo russe sur les produits alimentaires, nous devons manger trois fois plus du porc breton.

  • kpm745 le dimanche 26 juin 2016 à 11:21

    Gl060670 : c’est bien cela une Europe forte transformée dans quelques années en un continent Africain. Il y en a qui ne voit pas plus loin qu’un centimètre de leur nez

  • gl060670 le dimanche 26 juin 2016 à 11:06

    on s'en fou des 40 50 60 glorieuse, l'avenir appartient aux jeunes qui veulent une Europe forte, ouverte, sans frontières. la peur du changement n’empêchera pas celui ci de progresser, il est évident qu'il y a beaucoup à faire mais nos jeunes encore nos jeunes veulent relever le défis et ne pas vivre avec la nostalgie d'un passé desuet de sens;

  • stepone7 le dimanche 26 juin 2016 à 10:54

    sans l euro on aurait dit les 40-50-60 glorieuses ..

  • stepone7 le dimanche 26 juin 2016 à 10:46

    a comana moi je m en fous que la dislocation comme tu l appelles de l ue qu elle soit soutenu par les extremes .. moi je suis pa extremiste mais realiste je m en rend compte de ce que l euro nous a apporté : misere chomage pouvoir d achat en berne etc .. et je peux faire une comparaison avec le franc ..

  • v.boissi le dimanche 26 juin 2016 à 10:41

    alors je me casse...

  • v.boissi le dimanche 26 juin 2016 à 10:40

    je suis systématiquement modéré sur ce forum...

  • Berg690 le dimanche 26 juin 2016 à 10:31

    Moi aussi! les réactions se font même lentes...LoL