Brexit : pour S&P, les banques et les assureurs ne risquent pas directement une dégradation de note

le
0

(AOF) - Après Fitch et Moody's, l'agence de notation S&P a ouvert la voie à des révisions des notes de crédit britanniques suite à la victoire du Brexit. Tout en rappelant que la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne va prendre du temps et nécessiter la renégociation des accords commerciaux, S&P réaffirme qu'elle pourrait abaisser de plus d'un cran sa note de crédit "si nous considérons que la solidité institutionnelle du Royaume-Uni et sa capacité à formuler une politique de soutien à une croissance durable risquent d'être affectées négativement" par le Brexit.

En revanche, S&P estime que les banques commerciales britanniques ne risquent qu'indirectement d'être pénalisées par une sortie de l'Union européenne, en raison des conséquences que cette procédure pourrait avoir sur la croissance, le prix des actifs ou la demande pour de la dette libellée en livres sterling.

Quant aux assurances, S&P estime que le vote pour la sortie ne devrait pas conduire à la moindre action sur les notes de ces compagnies. Concernant les sociétés non-financières, l'agence de notation indique que l'impact du Brexit sera très différent en fonction des secteurs.

"Certes nous anticipons une grande volatilité dans les échanges internationaux, un ralentissement des investissement directs étrangers, un affaiblissement du marché immobilier et une baisse de l'activité et de la confiance du consommateur dans les jours qui suivront le vote. Cependant, nous croyons que la performance du crédit à long terme dépendra bien plus de la performance du marché local et de l'économie mondiale à moyen terme ainsi que des arrangements spécifiques avec l'Union européenne, sur le commerce, la régulation, les impôts ou encore la politique de concurrence", explique S&P.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant