Brexit : pour Cameron, le Royaume-Uni risque de «regretter» de quitter l'Europe

le , mis à jour à 11:45
1
Brexit : pour Cameron, le Royaume-Uni risque de «regretter» de quitter l'Europe
Brexit : pour Cameron, le Royaume-Uni risque de «regretter» de quitter l'Europe

Alors que les Britanniques doivent se prononcer par référendum le 23 juin sur leur maintien ou non au sein de l'Union européenne, le Premier ministre conservateur David Cameron a plaidé ce lundi matin pour que son pays reste dans un discours prononcé au British Museum de Londres,

«C'est dans l'intérêt national du Royaume-Uni de maintenir un objectif commun en Europe pour éviter de futurs conflits entre les pays européens, a-t-il ainsi affirmé. Cela nécessite (...) que le Royaume-Uni reste membre» de l'Union européenne.

«L'Union européenne a contribué à réconcilier des pays qui se sont déchirés pendant des décennies, a rappelé M. Cameron, citant les différents conflits qui ont secoué l'Europe au cours des derniers siècles.

«Chaque fois que nous tournons le dos à l'Europe, a t-il prévenu, tôt ou tard nous le regrettons, a prévenu le Premier ministre. Soit nous influençons l'Europe, soit elle nous influence. Et si les choses tournent mal en Europe, ne prétendons pas que nous pourrons être à l'abri des conséquences».

«La dangereuse situation internationale»

Le dirigeant britannique a aussi insisté sur le fait que l'Union européenne «amplifiait» les pouvoirs de son pays dans le monde, alors que les pro-Brexit arguent au contraire que l'influence du Royaume-Uni serait plus importante hors de l'UE. «Dans l'actuelle dangereuse situation internationale, la coopération la plus étroite possible avec nos voisins européens est essentielle», a martelé M. Cameron, citant les défis posés par l'organisation de l'État islamique (EI), la Russie ou encore la crise des réfugiés.

David Cameron a même invoqué Winston Churchill, Premier ministre britannique au cours de la Seconde Guerre mondiale.

«Dans la période de l'après-guerre, il soutenait avec passion le rapprochement des pays de l'Europe occidentale, la promotion du libre-échange et la construction d'institutions qui dureraient afin que notre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 12 mois

    pas nous. Nous on veut une Europe UNIE, SOLIDAIRE et d'AVENIR