Brexit-Pas le moment de revoir les traités, dit Juncker

le
0
    STRASBOURG, 5 juillet (Reuters) - La réponse au vote du 
Royaume-Uni en faveur d'une sortie de l'Union européenne ne 
passe pas par une réforme des traités, a déclaré mardi le 
président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. 
    Se disant d'accord avec les conclusions du Conseil européen 
du 29 juin, il a estimé à Strasbourg que la priorité pour l'UE 
devait être la croissance et l'emploi et de "faire en sorte que 
les décisions prises soient appliquées". 
    "On ne peut pas continuer comme avant, mais je me refuse à 
tout revoir", a affirmé l'ancien Premier ministre 
luxembourgeois, lors d'un débat au Parlement européen. 
    "Je suis d'accord avec ceux qui disent que le moment n'est 
pas venu pour revoir les traités mais il faut continuer à 
appliquer le programme : Union du numérique, Union de l'énergie, 
Union du marché des capitaux", a-t-il ajouté. 
    Plusieurs candidats de droite à l'élection présidentielle en 
France, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, mais 
aussi le ministre de l'Economie Emmanuel Macron ont plaidé pour 
un nouveau traité européen ainsi que certains partisans d'un 
saut fédéral au sein du Parlement européen. 
    Jean-Claude Juncker a implicitement critiqué les Etats quant 
à la lenteur des résultats dans les réformes lancées depuis 2014 
par le collège bruxellois. 
    "Nous allons faire en sorte que les décisions prises 
deviennent des décisions qui sont appliquées", a-t-il dit après 
avoir regretté que le Conseil européen n'ait pas tranché le 29 
juin sur la prolongation pour trois ans du plan d'investissement 
pour la croissance et l'emploi, dit "plan Juncker". 
    Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a quant à lui 
rappelé qu'aucune négociation ne serait menée avec le 
Royaume-Uni tant que celui-ci n'aurait pas signifié 
officiellement son intention de quitter l'Union européenne. 
    Il a aussi répété que "l'accès au marché unique passe 
obligatoirement par l'acceptation des quatre libertés" sur 
lesquelles il est fondé : libre circulation des biens, des 
services, des capitaux et des personnes. 
 
 (Gilbert Reiljac, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant