Brexit : Nigel Farage démissionne de la présidence du parti d'extrême-droite UKIP

le , mis à jour à 13:35
1
Brexit : Nigel Farage démissionne de la présidence du parti d'extrême-droite UKIP
Brexit : Nigel Farage démissionne de la présidence du parti d'extrême-droite UKIP

Le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni. Le nom même de sa formation politique rappelait le combat politique de Nigel Farage : quitter l'Union européenne. Son pari gagné, le chef du UKIP (United Kingdom Independence Party) annonce... sa démission ce lundi.

 

« Mon objectif, sortir de l'UE, est atteint (...) j'ai accompli ma mission. Je ne pourrais pas en faire plus ! », a déclaré en riant Nigel Farage lors d'une conférence de presse à Londres. « Pendant la campagne du référendum, j'ai déclaré que je voulais reprendre le contrôle de mon pays... Maintenant je veux reprendre le contrôle de ma vie. Et elle commence maintenant ! », a ajouté le patron du parti d'extrême-droite, qu'il a dirigé pendant six ans.

 

« Je suis venu du monde des affaires (il était trader, NDLR) parce que je pensais que notre pays devait s'auto-gouverner. Je n'ai jamais été et n'ai jamais souhaité être un homme politique de carrière », a-t-il confessé.

 

Le député européen a précisé qu'il continuerait à soutenir le parti et le prochain dirigeant du UKIP. « Je vais observer de très près le processus de négociation à Bruxelles et intervenir de temps en temps au Parlement européen », a-t-il poursuivi. Dans un communiqué, Nigel Farage a estimé que son parti pouvait encore « connaître des jours meilleurs » si le prochain gouvernement ne tient pas les engagements liés au Brexit.

 

Plusieurs députés britanniques ont aussitôt réagi à son annonce sur leur compte twitter. 

 

Farage resigns. Good. British politics takes a small step on the road to making Britain a less divided intolerant + disillusioned country.

— George Freeman (@Freeman_George) 4 juillet 2016

 

« Farage démissionne. Bien. C'est une petite étape pour la politique britannique sur la route pour faire de la Grande-Bretagne un pays un peu moins divisé, moins intolérant, moins ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet il y a 5 mois

    quel courage?? pourquoi les députés anglais siegent ils encore a bruxelles?