Brexit-May n'exclut pas de revoir la fiscalité en cas de blocage

le
2
    LONDRES, 16 janvier (Reuters) - Theresa May partage 
l'opinion de son ministre des Finances selon laquelle la 
Grande-Bretagne devra envisager d'assouplir sa fiscalité sur les 
sociétés pour rester compétitive si elle ne peut accéder au 
marché européen après le Brexit, a déclaré la porte-parole de la 
Première ministre britannique lundi. 
    Le chancelier de l'Echiquier, Philip Hammond, déclarait 
dimanche que son pays serait contraint de changer de modèle 
économique afin de retrouver de la compétitivité s'il n'obtenait 
pas un accord favorable lors des négociations sur sa sortie de 
l'Union européenne. 
    "Elle (May) partage l'opinion exposée (par Hammond). Cela 
signifie que nous souhaitons demeurer dans la tendance d'un 
système fiscal de type européen connu", a déclaré la 
porte-parole. 
    "Mais si nous sommes obligés de faire quelque chose de 
différent parce que nous n'obtenons pas l'accord qui convient, 
alors nous serons prêts à le faire", a-t-elle ajouté. 
    Dans un entretien accordé au journal dominical Welt am 
Sonntag, Philip Hammond était interrogé sur le projet de la 
Grande-Bretagne de réduire l'impôt sur les sociétés.  
    Le ministre affirmait son souhait de voir l'économie 
britannique conserver son identité européenne, avec le système 
fiscal et la réglementation qui en sont la marque. 
    Theresa May doit prononcer mardi un discours au cours duquel 
elle devrait dessiner les grandes lignes de son projet de 
divorce entre son pays et l'UE. 
     
 
 (William James; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 10 mois

    produits anglais interdit en europe et on verra la tête de may

  • glitzy il y a 10 mois

    Le RU a aussi (un peu) un système social de type européen. Je ne vois pas le modèle singapouréen comme très viable. Singapour a 4m de personnes et pas un énorme arrière-pays désindustrialisé à financer. Sans parler du fait que c'est au croisement de la plus grande route maritime du monde.