Brexit-May envisage une participation sous condition des députés

le
1
    LONDRES, 12 octobre (Reuters) - Theresa May est prête à 
accorder aux parlementaires britanniques un droit de regard sur 
le processus de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union 
européenne à condition que les élus "n'affaiblissent pas" les 
négociations avec les pays membres du bloc communautaire. 
    La Première ministre a indiqué qu'elle invoquerait d'ici la 
fin mars l'article 50 du Traité de Lisbonne ouvrant une période 
de deux ans pour fixer les conditions de ce divorce. 
    Elle a également rappelé qu'il appartenait au gouvernement 
de décider quand et comment cette procédure devait être engagée. 
    Les députés du Parti travailliste ont présenté une motion 
parlementaire demandant un débat général sur le plan du 
gouvernement et exigeant que le Parlement "puisse examiner 
correctement ce plan (...) avant que l'article 50 soit invoqué". 
    Dans un amendement déposé au nom de Theresa May et publié 
sur le site du Parlement, le gouvernement britannique rappelle 
que "la procédure doit être menée dans le respect de la décision 
du peuple du Royaume-Uni qui a voté en faveur d'une sortie de 
l'UE". 
    Tout examen parlementaire ne doit pas "affaiblir la position 
du gouvernement dans les négociations dès qu'elles seront 
entrées dans la phase consécutive au déclenchement de l'article 
50", précise l'amendement présenté par Theresa May. 
     
 
 (Guy Faulconbridge; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 10 mois

    Bien ! dans cette première étape, elle enfonce bien le clou de sa détermination d'aller jusqu'au bout et de l'entière responsabilité du peuple Britannique dans cette catastrophe. Donc seul une réaction du peuple britannique pourra l'en empêcher. Va falloir vous bouger les zan zan si vous ne voulez pas sombrer, tout au moins ceux qui resteront dans le bateau. Vive l'Ecosse, l'Irlande et la ville de Londres libres aurait dit le général !