Brexit : Londres sans plan d'action global (rapport)

le
4

Selon un rapport publié mardi par le Times, le gouvernement britannique n'a toujours pas arrêté de véritable stratégie sur le Brexit. L'ampleur de la tâche qui l'attend pour sortir de l'Union européenne (UE) pourrait nécessiter jusqu'à 30.000 embauches supplémentaires.

L'auteur du rapport reproche notamment à la Première ministre, Theresa May, sa tendance à "prendre seule des décisions" ( POOL/AFP / Jack Taylor )
L'auteur du rapport reproche notamment à la Première ministre, Theresa May, sa tendance à "prendre seule des décisions" ( POOL/AFP / Jack Taylor )

Daté du 7 novembre et intitulé "Mise à jour sur le Brexit", le document a été rédigé par un consultant travaillant pour le gouvernement conservateur de la Première ministre Theresa May. Le rapport décrit ainsi un exécutif croulant sous le poids de "plus de 500 projets" différents liés au Brexit, un chiffre "excédant (sa) capacité à les traiter rapidement", notamment en raison d'effectifs insuffisants pour gérer la surcharge de travail.

LE STYLE DE GOUVERNEMENT DE THERESA MAY CRITIQUÉ

Le document estime que le gouvernement pourrait avoir besoin d'embaucher de 10.000 à 30.000 employés pour faire face à la situation. Le rapport note aussi que, malgré de nombreuses discussions depuis le référendum du 23 juin, les membres du gouvernement pourraient encore avoir besoin de six mois supplémentaires pour se mettre d'accord sur la stratégie de sortie de l'UE. Ce délai serait dû à l'extrême complexité du dossier, aux divisions au sein du gouvernement sur l’orientation à donner au Brexit, mais aussi à la propension de Theresa May à ne pas déléguer, un style de gouvernement que le rapport juge difficilement compatible avec la tâche titanesque que constitue la sortie de l'UE.

Les ministères, note le document, développent chacun de leurs côtés leurs propres projets pour le Brexit, mais aussi nécessaire soit-elle, cette pratique ne saurait remplacer "un plan gouvernemental" fixant les priorités et offrant une vision claire des futures négociations avec Bruxelles.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'exécutif britannique a affirmé que ce document n'était pas un rapport gouvernemental. "Nous ne reprenons pas à notre compte ses affirmations", a-t-il ajouté dans un courrier électronique. Theresa May a promis qu'elle lancerait d'ici à la fin mars le processus de sortie de l'Union européenne en activant l'article 50 du Traité de Lisbonne, mais elle n'a livré jusqu'ici guère de détails sur sa stratégie de sortie de l'UE.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • npi6711 il y a 2 semaines

    il l'on voulu il faut respecter le procesus démographique

  • d.e.s.t. il y a 2 semaines

    Soyons réalistes, il n'y aura jamais de Brexit, car il repose sur un vote truqué et volé , par les mensonges de UKIP et de Farage!

  • npi6711 il y a 2 semaines

    après l'émotionnel et la campagne, la réalité du terrain et des conséquences qu'on commence a évaluer... beaucoup de délocalisation en vue pour bénéficier des avantages...BREXIT ou pas...si çà crée 30000 emplois pourquoi pas

  • Taken il y a 2 semaines

    il n'y aura pas de Brexit