Brexit : les propositions de Bruxelles sont de «réels progrès» pour David Cameron

le , mis à jour à 16:53
0
Brexit : les propositions de Bruxelles sont de «réels progrès» pour David Cameron
Brexit : les propositions de Bruxelles sont de «réels progrès» pour David Cameron

«Être ou ne pas être ensemble, telle est la question...» Donald Tusk, le président du Conseil européen, a pris des accents shakespeariens ce mardi lorsqu'il a rendu publiques ses propositions pour que le Royaume-Uni ne tourne pas le dos à l'Union européenne. Le texte dévoilé répond en partie aux réformes demandées par le Premier ministre britannique David Cameron, qui a promis d'organiser un référendum sur la sortie ou non du pays de l'Union (le fameux «Brexit», contraction de «Britain» et «exit»). 

To be, or not to be together, that is the question... My proposal for a new settlement for #UKinEU https://t.co/w4VSmnbahQ— Donald Tusk (@eucopresident) 2 Février 2016

«Notre communauté d'intérêts est bien plus forte que ce qui nous divise», a espéré Donald Tusk, se disant conscient qu'il restait «des négociations difficiles» à venir. «Je suis convaincu que cette proposition est une bonne base pour un compromis», a-t-il poursuivi.

Que propose Bruxelles pour satisfaire les desiderata de Londres ? Sur l'immigration, l'Union propose un mécanisme de «sauvegarde» permettant de limiter pendant une période pouvant aller jusqu'à quatre ans les aides sociales aux travailleurs migrants intra-européens qui s'installent sur le sol britannique. Ce «frein d'urgence» pourra être activé en cas «d'afflux de travailleurs d'autres Etats membres d'une magnitude exceptionnelle». Pour activer ce «frein», il faudra néanmoins avoir l'aval de Bruxelles et des autres Etats membres. David Cameron exigeait bien plus, avec un moratoire de quatre ans avant tout versement d'aides sociales aux immigrants issus de l'Union venant travailler au Royaume-Uni. Mais cette exigence est contraire à la libre circulation des biens et des personnes, principe fondateur de l'Union européenne.

Les eurosceptiques pas convaincus

Donald Tusk a également promis aux Britanniques de «respecter les droits et compétences» des pays qui ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant