Brexit : les lords ralentissent pour la deuxième fois la procédure

le
5
Brexit : les lords ralentissent pour la deuxième fois la procédure
Brexit : les lords ralentissent pour la deuxième fois la procédure

Les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur le Brexit débuteront plus tard que ne le souhaitait la Première ministre britannique, la conservatrice Theresa May. La Chambre des lords, où les conservateurs n'ont pas de majorité absolue,

a infligé mardi un nouveau revers au gouvernement en approuvant un deuxième amendement au projet de loi sur l'activation du Brexit, réclamant un vote du parlement sur le résultat des négociations avec l'UE.

 

La Chambre des lords, qui doit donner dans la soirée son feu vert au projet de loi, exige que les parlementaires aient, à l'issue des discussions, le dernier mot sur l'accord final et tous les accords commerciaux futurs avec l'UE. Les membres non élus de la chambre haute du Parlement ont, comme attendu, adopté l'amendement, défendu par les travaillistes, les libéraux-démocrates et plusieurs pairs conservateurs, par 366 voix contre 268.

 

Un vote risqué à la Chambre des communes

 

Le projet de loi amendé doit désormais retourner devant la Chambre des communes qui, après l'avoir approuvé sans réserve en première lecture, se penchera une nouvelle fois sur le texte la semaine prochaine, sans doute le 13 mars. Il est probable que les députés annulent les deux amendements adoptés par les lords, dont celui voté la semaine dernière et destiné à protéger les droits des trois millions de citoyens européens vivant au Royaume-Uni et de leur garantir le droit automatique de résider outre-Manche après l'entrée en vigueur du Brexit.

 

L'amendement approuvé mardi pourrait causer des sueurs froides au gouvernement conservateur, qui ne dispose que d'un courte majorité à la Chambre des Communes. Une vingtaine de députés Tories (conservateurs) sont susceptibles de le soutenir afin d'offrir, selon les mots d'une des rebelles, Anne Soubry, «un filet de sécurité parlementaire» aux Britanniques sur les conditions du divorce avec l'UE.

 

Une mauvaise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppww il y a 9 mois

    qu'ils dégagent les british. Le plus vite sera le mieux.

  • grinchu1 il y a 9 mois

    Réponse à Axel : précisément dans ce système absurde et bloqué c'est le moment pour le Parlement d'imposer le bon sens...une révolution qui pour une rare fois serait intelligente...Sinon qu'il disparaisse car il coûte fort cher .

  • stepone7 il y a 9 mois

    les lords semblent etre a la botte de merkel et de son regime autoritaire .. il fallait s y attendre le peuple n aura jamais son mot a dire dans cette europe dictatoriale , on l a vu en 2005 en france ..

  • AlexB92 il y a 9 mois

    "que fait le Parlement européen ?RIEN !!!"Ben il n'a rien à dire pour l'instant puisque le Royaume-Uni n'a pas encore activé le Brexit...Par contre les 27 devront approuver à l'unanimité l'accord final, ainsi je crois que chaque parlement national...Reparlons-en une fois que les négos auront eu lieu :)

  • grinchu1 il y a 9 mois

    que fait le Parlement européen ?RIEN !!!