Brexit : les Britanniques ont choisi le grand large

le , mis à jour à 08:50
0
Brexit : les Britanniques ont choisi le grand large
Brexit : les Britanniques ont choisi le grand large

Un séisme planétaire. Certes, les Britanniques ont toujours cultivé leur différence et c'est à reculons qu'en 1973, ils étaient entrés dans le bloc européen, pour tirer avantage de ce qui était alors un vaste marché économique. Mais en décidant vendredi, avec 51,9 % des voix, de quitter l'Union — une première depuis les débuts de la construction européenne —, le Royaume-Uni a provoqué une onde de choc qui a sans doute surpris jusqu'à ceux qui rêvaient de cette sortie inédite. Les marchés financiers, qui jusqu'au bout n'avaient pas voulu croire à la réalité du Brexit, ont été frappés de plein fouet et les Bourses, à Londres, comme à Paris, Francfort ou New York, ont immédiatement chuté.

 

Les tensions entre partisans et opposants au Brexit auront été très fortes au cours d'une campagne qui s'est achevée de manière tragique avec le meurtre de la députée Jo Cox.

 

VIDEO. Brexit : Londres sous le choc

 

Jamais le Royaume-Uni n'aura aussi mal porté son nom. Le pays sort très divisé de la consultation avec d'un côté Londres, l'Ecosse ou l'Irlande du Nord qui ont voté massivement pour le maintien dans l'Europe. Tandis que le nord de l'Angleterre ou le pays de Galles faisaient le pari du grand large. A Londres, la victoire du « leave » s'est déjà traduite par l'annonce de la démission du Premier ministre, David Cameron. Camouflet terrible pour le leadeur du parti conservateur qui avait pris l'initiative de ce référendum. La décision était au départ tactique, visant à faire pression sur Bruxelles et... à surfer sur la montée du parti eurosceptique Ukip. S'il a ensuite mouillé sa chemise pour le maintien dans l'UE, Cameron s'est retrouvé pris à son propre piège. Et c'est son rival, l'ancien maire de Londres Boris Johnson, tête d'affiche des pro-Brexit, qui va tirer les marrons du feu. Et probablement s'installer au 10 Downing Street.

 

Eviter la contagion

 

La décision ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant