Brexit : les Anglais du Périgord plus «in» que jamais

le
0
Brexit : les Anglais du Périgord plus «in» que jamais
Brexit : les Anglais du Périgord plus «in» que jamais

La mort de Jo Cox, la députée du Parti travailliste assassinée le 16 juin à Leeds, a profondément choqué la communauté british d’Eymet, au cœur de la Dordogne. Dans ce village où 10 % de la population est originaire d’outre-Manche, on est partagé entre incrédulité et colère : « Comment peut-on assassiner une femme politique pour ses idées ? » s’interroge un homme originaire de Londres, derrière le comptoir du bar qu’il a ouvert il y a une dizaine d’années. « Je savais que la tension montait entre les deux camps mais je n’imaginais pas une seconde que notre pays pourrait connaître un tel drame. Ma volonté de voter pour le remain est encore plus forte », ajoute-t-il.

 

« Je viens de dire oui à l’Europe ! » lance de son côté Julia Mainwaring devant la porte de son salon de thé. Cette ancienne directrice d’école primaire à la retraite a voté par correspondance comme bon nombre des 350 Anglais qui vivent dans ce village du Périgord. « Nous sommes presque tous contre le Brexit. Sans Europe, l’Angleterre n’a pas d’avenir. Nous n’avons aucune chance de nous en sortir seuls. J’espère que la raison va l’emporter. »

 

A ces arguments politiques s’ajoutent des considérations pragmatiques sur le changement de statut des Anglais vivant en France en cas de Brexit. « Allons-nous être obligés de demander une carte de séjour pour rester ici ? Devrons-nous demander des visas ? » s’interroge Terry Simpson, responsable d’une agence immobilière franco-britannique. Originaire de Manchester, elle a choisi de vivre en Dordongne il y a 14 ans. « Nous avons onze emplois directement liés à notre activité, poursuit-elle. Si l’Angleterre sort de l’Europe, nous ne pourrons peut-être plus les maintenir puisque nous ne serons plus européens. »

 

« L’Europe, c’est chez nous »

Dominic, supporteur anglais, à Saint-Etienne

 

« Quand vous voyez cette ferveur, cette fête, vous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant