Brexit: Le Parlement européen entend fixer ses "lignes de négociation"

le
0
    BRUXELLES, 4 octobre (Reuters) - L'ancien Premier ministre 
belge Guy Verhofstadt, représentant du Parlement européen aux 
négociations sur le Brexit, a déclaré mardi que les eurodéputés 
entendaient fixer des limites au contenu d'un accord entre le 
Royaume-Uni et l'UE sur les modalités du divorce. 
    Verhofstadt s'est félicité que la Première ministre 
britannique Theresa May ait "clarifié" la position du 
Royaume-Uni. "Mais, a-t-il ajouté, les négociations ne pourront 
commencer qu'après l'activation de l'article 50 (du traité 
européen de Lisbonne)."  
    Theresa May, qui s'exprimait dimanche devant le congrès 
annuel du Parti conservateur britannique à Birmingham, a annoncé 
que cela serait fait avant la fin mars 2017. S'ouvrira alors une 
période de deux ans maximum pour que les deux parties 
s'entendent sur les modalités de la sortie du Royaume-Uni de 
l'Union européenne. 
    Verhofstadt a souligné que le Parlement européen était très 
majoritairement opposé à un détricotage du "paquet" que 
constituent les quatre libertés de circulation européennes 
(capitaux, biens, services et personnes) quand Londres aimerait 
conserver ses relations commerciales avec l'Union européenne 
tout en limitant l'immigration en provenance des pays de l'UE.  
    L'ancien Premier ministre belge a ajouté devant la presse à 
Strasbourg que le Parlement européen fixerait des "lignes de 
négociation" avant que le Conseil européen des chefs d'Etat et 
de gouvernement ne s'accord sur son propre mandat de négociation 
avec Londres. 
    Tout accord devra être approuvé par le Parlement européen. 
 
 (Alastair Macdonald; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant